Connaître l’environnement agricole



Trouver les bonnes réponses dans notre formation


  • Pourquoi le monde agricole a créé un réseau dense et complexe d’organisations professionnelles ?
  • Quelles sont les différentes organisations et à quoi servent-elles ? Vers qui se tourner suivant ses questions ?
  • D’où vient la politique agricole commune ?
  • Quels sont les enjeux actuels de la PAC ?
  • Quels sont les enjeux de la futur PAC ?

Présentation de la formation



Formation en ligne, à votre rythme

3 h 15, soit :

  • 3h15 de vidéos
  • 4 quizz (à la fin de chaque module) pour autoévaluer la compréhension des contenus

Une plateforme privée de formation accessible 24/24 7/7 et à vie


2 intervenants spécialisés en agriculture

2 experts reconnus :

  • Agnès GROZELLIER, conciliatrice au tribunal judiciaire
  • Benoit DELEAU, conseiller et formateur en gestion

Programme détaillé de la formation


PRÉAMBULE

  • Pourquoi je veux me lancer dans ce projet ?
  • Et comment je vais m’y prendre pour y arriver ?

Module 1 : Brève histoire des OPA

  • Qu’est-ce qu’une OPA
  • La préhistoire des OPA
  • De la fin du 19eme siècle à la 2nde guerre mondiale
  • Durant la 2nde guerre mondiale
  • Après 1945
  • De 1970 à 1980
  • Synthèse de l’histoire des OPA

Module 2 : Le paysage des OPA aujourd’hui

  • Introduction paysage des OPA
  • Le syndicalisme agricole
  • Les coopératives agricoles
  • Zoom sur les CUMA
  • Le développement agricole
  • Zoom sur les chambres d’agriculture
  • Le crédit
  • Le mutualisme
  • Zoom sur la MSA
  • Conclusion

Module 3 : Historique et perspectives de la PAC

  • La politique agricole Française avant la 2ème guerre mondiale
  • De la reconstruction aux 1ers pas de la CEE
  • Des objectifs trop bien atteints
  • La gestion des excédents agricoles
  • La réforme de 1992
  • La réforme de 1999
  • La réforme de 2003
  • La réforme de 2013
  • La PAC dans son fonctionnement actuel
  • Les grandes lignes de la réforme de la PAC

BILAN DE LA FORMATION

  • Faire le point sur le projet de création et préciser les notions complémentaires à acquérir


Qui sont les intervenants ?

Agnès GROZELLIER

Un parcours professionnel tourné vers le soutien aux agriculteurs

Conciliatrice au TGI

Après une formation universitaire en géographie et aménagement rural, Agnès GROZELLIER choisit de travailler dans diverses organisations professionnelles agricoles (OPA).

À l’ADASEA de l’Yonne, elle a coordonné, de 1999 à 2009, un programme régional pour l’installation des jeunes agriculteurs en Bourgogne. Puis, de retour en Saône-et-Loire, son département d’origine, elle se spécialise dans l’aide aux agriculteurs en difficulté, comme conseillère à la Chambre d’Agriculture.

Parce que les travailleurs sociaux ne sont pas forcément des spécialistes du monde agricole tandis que les techniciens de la Chambre d’Agriculture ne sont pas tous à l’aise avec la dimension humaine, elle œuvre pour une meilleure synergie des actions de soutien aux agriculteurs/trices. En parallèle, elle accompagne les agriculteurs dans ce qui est souvent vécu comme une épreuve : les audiences de redressement ou de liquidation judiciaire.

Au tribunal : un rôle d’expert

Sans formation juridique préalable, Agnès GROZELLIER n’agit pas comme avocat aux côtés des agriculteurs. Lors de la mise en place d’un Redressement Judiciaire, elle intervient pour présenter, sans poudre aux yeux, la situation de l’exploitation agricole à des magistrats du Tribunal de Grande Instance pas vraiment au fait des subtilités de ce milieu.

Le but est d’établir un plan de remboursement et d’étalement des dettes tenant compte du potentiel de l’entreprise. Si la pérennité de l’exploitation en dépend, elle veille aussi à ne pas oublier l’agriculteur qui doit gagner assez pour vivre lui aussi…

Au final, la procédure judiciaire peut servir d’électrochoc et pousser l’agriculteur à modifier son système de production et ainsi trouver la voie pour relancer son entreprise. Ou, à l’inverse, elle peut être un pas vers une Liquidation Judiciaire qui aura au moins pour mérite de ne pas laisser l’agriculteur lourdement endetté.

Dépasser le tabou entourant les procédures judiciaires

C’est en général contraint et forcé que l’agriculteur subit ces procédures. Il est accablé par la honte de ne pas s’en sortir tout seul, la crainte de devenir un mouton noir par la publicité légale faite aux jugements, et la peur d’être rejeté par des partenaires privilégiés mis sur un pied d’égalité avec l’ensemble des créanciers dans le cadre d’un redressement.

Ces sentiments poussent l’agriculteur à ne plus ouvrir son courrier, à ne pas se rendre à l'audience de Règlement Amiable, absence entraînant automatiquement l’étape suivante du redressement…

Pourtant les procédures judiciaires sont des outils intéressants si elles sont utilisées au bon moment : il ne faut pas attendre trop longtemps ! À commencer par la première : le Règlement Amiable Judiciaire, pour lequel Agnès GROZELLIER est conciliatrice reconnue depuis 2017 par le Tribunal de Grande Instance.

Des vidéos pour connaître les procédures judiciaires et ainsi mieux les utiliser

À travers des cas pratiques et de nombreux exemples, Agnès GROZELLIER vous initie à ces procédures, sans jargon juridique, vous montrant que l’on peut rebondir après un jugement en profitant, entre autres, d’un remboursement des dettes étalé sur quinze ans.


Benoit DELEAU

Conseiller indépendant et formateur en comptabilité-gestion

Benoit DELEAU

Issu d’une famille d’éleveurs laitiers de Lorraine, c’est en formation continue que Benoît DELEAU obtiendra un BTS agricole, tout en étant aide-familial. Malgré son attachement au métier d’éleveur, il ne reprendra pas la ferme familiale, découragé par des parents qui n’y voyaient pas d’avenir. C’est en tant que conseiller en centre de gestion qu’il commence donc sa carrière, dans la Somme d’abord, puis dans la Marne. De ces 12 années en tant que conseiller d’entreprise agri-viti, il retire une solide expérience, mais aussi une certaine amertume avec l’impression d’avoir surtout été un « conseiller défiscalisation ».

Changement de vie

Après avoir conseillé de nombreuses entreprises, il souhaite à son tour tenter l’expérience de l’entreprenariat. Il se lance alors, en couple, dans la reprise d’un gîte-refuge de moyenne montagne dans le Haut Jura. Accueil des touristes, tenue du gîte, restauration... L’activité est très prenante, mais l’accueil chaleureux des habitants de cette région le comble, il en gardera jusqu’à aujourd’hui un souvenir très fort. Dans cette aventure, qui prendra fin en 2012, il a aussi vécu l’impact des difficultés financières et de la pression des fournisseurs sur le moral du chef d’entreprise. Lorsqu’il a fallu tourner la page, et chercher du travail, il s’est naturellement tourné à nouveau vers l’agriculture.

Retour au monde agricole

C’est peut-être le hasard, ou pas, qui l’amène alors à accompagner des agriculteurs en difficulté, à l’ADASEA de l’Hérault. Dans cette mission, il se sent utile, « à sa place ». Il peut enfin mettre au service des agriculteurs l’intégralité de ses compétences. À la fois ses connaissances techniques en économie-gestion, bien utiles dans ces situations, mais aussi des capacités d’écoute et d’empathie, pour un véritable accompagnement de l’agriculteur vers un renouveau. Puis c’est une mission à la SAFER du Gard qui lui fait découvrir une autre région, les Cévennes, et une autre agriculture. Une agriculture qui semble engagée dans une voie plus cohérente avec les enjeux actuels, plus durable. Une agriculture dans laquelle il se reconnait davantage.

Nouveau tournant

Mais son indépendance lui manque, et en 2015 il se réinstalle à son compte. Dans les Cévennes, sa nouvelle région d’adoption, il créé une activité de formateur et conseil indépendant. Il a aujourd’hui la lourde responsabilité de former les agents du ministère de l’agriculture en comptabilité-gestion, juridique, fiscalité… Et pour conserver un lien avec le terrain et la réalité des exploitations, il propose ses services comme conseiller indépendant aux agriculteurs de la région.