Bien démarrer en médecine manuelle avec ses bovins

29.90 TTC

Jean Pierre SIMEON, vétérinaire ostéopathe vous fait découvrir ce “couteau Suisse” qu’est la médecine manuelle pour vos bovins. Des techniques simples et puissantes à comprendre avant de pratiquer !

Présentation

 


 

 Bonjour, je m’appelle Jean Pierre SIMEON, j’étais vétérinaire dans une région  allaitante, le Charolais.

 

 Depuis quelques années, j’ai commencé à partager avec les éleveurs et avec mes confrères, ce que j’avais pu glaner comme informations et expériences dans les médecines manuelles.

 

 Ces techniques sont issues, à l’origine, de traditions “rebouteuses”.

 

 On utilise différentes techniques qui s’appellent : le ponçage, le labourage, le crochetage, enfin, des mots un peu poétiques.

 

 Dans cette série de vidéos nous verrons bien entendu des vaches allaitantes Charolaises ; et en Bresse, nous verrons des vaches laitières Montbéliardes.

 

 On agira sur des petits veaux, en particulier sur les allaitants puisque par les manipulations au niveau du crâne, on peut avoir un franc succès dans l’initiation de la tétée.

 

 Ensuite, on verra des animaux avant vêlage, des animaux après vêlage et des animaux avant la mise à la reproduction.

 

 Pourquoi ? Nous insistons sur l’autonomie des éleveurs et nous sommes “prétentieux” car nous voulons atteindre la zéro pathologie !

 

 Plus on agira en amont, moins on sera obligé de soigner les animaux.

 

Jean Pierre SIMEON

Sommaire

 16 vidéos – 1h33 de formation – Visionnage illimité en streaming

Module 1 : Principes de base en médecine manuelle bovine

1 – Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

2 – Les bases de l’anatomie des bovins

3 – Zoom sur les vertèbres cervicales

4 – Zoom sur l’épaule

5 – Zoom sur la hanche

6 – Zoom sur le cône dural

7 – Zoom sur les nerfs du membre postérieur

8 – L’anatomie du bassin vue sur une vache laitière

Module 2 : Intervention sur les vaches allaitantes

9 – Vache après la mise-bas

10 – Vache pleine

11 – Vache avec un problème de reproduction

12 – Veau Charolais

Module 3 : Intervention sur les vaches laitières

13 – Vache en milieu de lactation

14 – Vache avec une fracture de la hanche

15 – Veau croisé Montbéliard/Charolais

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Éleveurs bovins lait et viande
  2. Élèves en “productions animales”

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n’est nécessaire

Objectifs

  • Comprendre l’utilité des médecines manuelles
  • Se remémorer l’anatomie des bovins
  • Découvrir les interventions manuelles de base sur les bovins

Tester vos connaissances

 Nous vous proposons ici les questions auxquelles répondent cette série de vidéos. Cela vous permet d’apprécier concrètement votre niveau de connaissance avant d’effectuer votre achat.

 

Module 1 : Les principes de base en médecine manuelle bovine

 

Séquence 1 : Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

 

  • Qu’est-ce que l’ostéopathie ? :
  1. Une pratique qui permet de déstresser
  2. Un ensemble des techniques qui permettent de restaurer le mouvement
  3. Une méthode de soins par le massage

 

  • Quels sont les mouvements d’une articulation ?
  1. La flexion-extension
  2. La rotation latérale
  3. La latéroflexion
  4. La rotation

 

Séquence 2 : Les bases de l’anatomie des bovins

 

  • A quelle partie d’un bovin appartiennent ces os : bassin, épaule ou membres postérieurs ?

Ischion, humérus, fémur, tarse, omoplate, phalanges, ilium, pubis, méta, tibia, sacrum.

 

  • Entre la colonne vertébrale et les membres antérieurs la liaison est :
  1. Musculaire
  2. Articulaire
  3. Nerveuse

 

  • L’articulation sacro-iliaque permet la liaison entre les vertèbres et les membres postérieurs.
    • VRAI
    • FAUX

 

Séquence 3 : Zoom sur les vertèbres cervicales

 

  • Le but de la lésion vertébrale est de sauver la vie de l’animal.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • Quelles sont les méninges ?
  1. La dure-mère
  2. L’arachnoïde
  3. La Pie noire
  4. La Pie-mère

 

  • Le canal médullaire contient :
  1. Le nerf thoracique
  2. La moelle épinière
  3. Le nerf fémoral

 

  • Pour régulariser une contracture musculaire il faut :
  1. Décorder les tensions musculaires.
  2. Aller au maximum du mouvement permis par l’animal, puis faire un trust.
  3. Forcer doucement le mouvement bloqué.

 

Séquence 4 : Zoom sur l’épaule

 

  • Entre l’omoplate et l’humérus on trouve :
  1. Le coude.
  2. La gouttière bicipitale.
  3. La clavicule.

 

Lors d’une lésion de l’épaule, l’angle de l’articulation passe :

  1. De 120° à 90 °
  2. De 90° à 120°
  3. De 120° à 145 °

 

Séquence 5 : Zoom sur la hanche

 

  • La lésion principale de la hanche chez les bovins est :
  1. L’extension du fémur
  2. Une lésion entre fémur et humérus
  3. La sortie de la tête de fémur de sa cavité.

 

  • Une lésion de la hanche est souvent grave.
    • VRAI
    • FAUX

 

Séquence 6 : Zoom sur le cône dural

 

  • Lorsque la méninge s’accroche au tissu osseux :
  1. Elle bloque le mouvement du sacrum.
  2. Elle provoque une lésion de la moelle épinière.
  3. Elle empêche le mouvement du liquide céphalo rachidien.

 

  • Le test de la percussion s’appuie sur :
  1. La percussion de certaines vertèbres cervicales.
  2. La propagation d’une onde entre le sacrum et la tête.
  3. La recherche du mouvement encore permis par l’articulation.

 

Séquence 7 : Zoom sur les nerfs du membre postérieur.

 

  • Ce sont les contractures musculaires qui entraînent des déviations des nerfs et donc des douleurs.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • Ce sont les lésions des nerfs qui entraînent des contractures musculaires douloureuses.
    • VRAI
    • FAUX

 

Séquence 8 : L’anatomie du bassin vue sur une vache laitière.

 

  • En médecine manuelle il faut toujours commencer par :
  1. Stimuler les nerfs
  2. Vérifier la mobilité

 

  • Le sacrum est articulé avec :
  1. La première vertèbre caudale
  2. L’ilium
  3. Les vertèbres lombaires
  4. L’ischion.

 

  • Les grands nerfs du membre sont :
  1. Le nerf sciatique
  2. Le nerf fémoral
  3. Le nerf lombaire
  4. Le nerf obturateur

 

  • Les 2 demi-bassins se rassemblent sous la vulve par le pubis.
    • VRAI
    • FAUX

 

Module 2 : Intervention sur les vaches allaitantes

 

Séquence 9 : VA après la mise bas

 

  • Par quoi commence-t-on l’examen d’une vache après mise bas ?
  1. Vérifier la mobilité des lombaires
  2. Examiner le pubis
  3. Tester la Force de Tension Médullaire (FTM)

 

  • Pour retrouver la mobilité du sacrum on utilise :
  1. La technique du trust.
  2. Des techniques de reboutage.
  3. Une corde.

 

  • Qu’utilise-t-on pour retrouver la mobilité des 2 demi-bassins ?
  1. La queue
  2. Une corde
  3. Le trust

 

Séquence 10 : VA pleine

 

  • Sur une vache prête à vêler :
  1. On privilégie des méthodes de reboutage.
  2. On pratique plutôt des manipulations fluidiques.
  3. On privilégie les méthodes rapides et efficaces.

 

  • Les manipulations sur des vaches avant vêlage et le jour du vêlage :
  1. Facilitent la mise bas.
  2. Diminuent les IVV de près de 30 jours.
  3. Améliorent la santé du veau.

 

  • La FTM permet d’accéder aux lésions postérieures ?
    • VRAI
    • FAUX

 

  • La jonction lombo-sacrée est importante pour :
  1. Le bon fonctionnement de l’appareil digestif.
  2. Le bon fonctionnement de l’appareil génital.
  3. Le retour des chaleurs de la vache.

 

Séquence 11 : VA avec problème de reproduction

 

  • Le premier constat sur cette génisse qui ne remplit pas est :
  1. Un déséquilibre du bassin.
  2. Un traumatisme embryonnaire.
  3. Un blocage de l’articulation lombo-sacrée.

 

  • Le rétablissement des flux sanguins est un des objectifs de l’ostéopathie.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • Il est préférable de ne pas mélanger les différentes techniques pour un même objectif.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • La spécificité des vaches allaitantes est :
  1. La mobilité de l’articulation sacro-iliaque.
  2. La présence d’une « corde » sur les vertèbres lombaires.
  3. Le nombre de vertèbres lombaires.

 

Séquence 12 : Veau Charolais

 

  • Comment teste-t-on la FTM embryonnaire ?
  1. En serrant la tête du veau entre ses mains.
  2. En manipulant le nombril.
  3. En pinçant la queue.

 

  • Pour manipuler un jeune animal, on utilise plutôt :
  1. La vitesse.
  2. La douceur.
  3. La force.

 

  • Une lésion dégage une forte chaleur.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • Écraser la tête du veau par 3 pressions au niveau des orbites est une des méthodes pour :
  1. Décongestionner un nombril inflammé.
  2. Faire téter un veau qui refuse de téter.
  3. Tester la tension de la méninge.

 

Module 3 : Intervention sur les vaches laitières

 

Séquence 13 : Vache laitière en milieu de lactation

 

  • Comment permettre au sacrum de retrouver sa mobilité ?
  1. En posant les mains sur le sacrum.
  2. En tirant la patte à l’aide d’une corde.
  3. En entraînant le sacrum par rotation de la queue.

 

  • Pour redonner de la mobilité aux lombaires :
  1. On pince le garrot tout en montant la queue.
  2. On tire à l’aide d’une corde sur un membre antérieur.
  3. On pousse fortement sur l’épaule.

 

  • En anatomie l’atlas est :
  1. La dernière vertèbre lombaire.
  2. La première vertèbre cervicale qui soutient la tête.
  3. Un personnage de la mythologie grecque.
  4. Un os de l’épaule.

 

  • Pied au niveau du sabot, tête sur l’articulation, et on tire le coude, c’est la technique :
  1. Du trust.
  2. Du bonnet.
  3. Du berret.
  4. Du bouchon de champagne.

 

Séquence 14 : VL avec fracture de la hanche

 

  • En ostéopathie on peut intervenir directement sur une fracture.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • En complément des médecines manuelle, sur une fracture on peut utiliser :
  1. De l’aromathérapie.
  2. De l’arnica.
  3. Du millepertuis.

 

  • Pour une guérison rapide une bonne circulation du liquide céphalo rachidien est primordiale.
    • VRAI
    • FAUX

 

Séquence 15 : Veau Mont x Charolais

 

  • La FTM embryonnaire permets d’estimer :
  1. Les éventuelles inflammations du nombril.
  2. Les éventuels traumatismes dans le ventre de la mère.
  3. La mobilité des différentes vertèbres.

 

  • Le filum terminal relie la méninge au bout de la queue.
    • VRAI
    • FAUX

 

  • Le MRP : Mouvement Respiratoire Primaire est :
  1. Une des bases de l’ostéopathie fluidique.
  2. Le mouvement des poumons.
  3. Un mouvement du crâne.

L'auteur

Vétérinaire passionné et engagé

C’est en 1978 que Jean Pierre SIMEON sort de l’Ecole Vétérinaire de Lyon. Il commencera de pratiquer en zone laitière d’abord, dans les Monts du Lyonnais, puis au cœur de la zone Charolaise à Toulon / Arroux. La race Charolaise aura sa préférence, le travail « est plus sportif ». Il s’installe donc dès 1981 en cabinet à Autun. 

La découverte de l’ostéopathie

C’est par hasard et sur lui-même que Jean Pierre SIMEON découvre l’ostéopathie. Avec un genou bloqué depuis des mois, les médecins proposent de lui rectifier le plateau tibial par ostéotomie ( lui couper le tibia), il refuse, ce sera sa « première évasion ».Lorsqu’il rencontre un copain kiné, tout juste sorti de l’école d’ostéopathie de Brighton, il sera, contre une bière, son premier patient et retrouvera l’usage de son genou. Sa deuxième découverte dans le champ des médecines, non conventionnelles, sera l’homéopathie.En 1989, il se forme à la pratique de l’ostéopathie vétérinaire à l’IMEV (Institut des Médecines Energétiques Vétérinaires) auprès de Francis LIZON. Puis pendant deux ans, il va parfaire et étendre sa pratique auprès de Marcel PEGUET, « rebouteux » réputé, notamment dans le milieu hippique. Dès les années 90, alors en cabinet à Charnay les Macon, il consacre deux jours par semaine à l'ostéopathie. 

Améliorer la prévention pour diminuer l’usage des médicaments

En 2002 le GIE Zone Verte (Groupement d’Intervention et d’Entraide) est créé par un groupe de vétérinaires ruraux, Jean Pierre SIMEON intègre rapidement l’équipe. Ils militent pour une approche plus globale des problématiques d’élevage avec la volonté de travailler avec les éleveurs vers des pratiques plus respectueuses du bien-être des animaux et des éleveurs.Comprendre comment l’animal vit et perçoit son alimentation et son environnement (bâtiments notamment) est primordial. Même si « au début les éleveurs voulaient des recettes toutes faites et n’avaient pas encore intégré les changements de pratiques », aujourd’hui les méthodes utilisées et diffusées par Jean Pierre SIMEON et ses collègues de Zone Verte sont largement reconnues.Notamment la méthode AGDARApproche Globale de la Dynamique de l’Alimentation des Ruminants. Reconnu par les milieux scientifiques, ils travaillent avec l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) et l’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique). 

Diffuser ses compétences par la formation

Depuis plusieurs années, Jean Pierre SIMEON sillonne la France pour réaliser des formations autour de l’ostéopathie et des médecines alternatives.Sa spécialité : la médecine manuelle appliquée aux ruminants. Il intervient aux différentes étapes de la vie de la vache, notamment pendant la gestation et autour de la naissance du veau. Son objectif principal, aider les éleveurs à être plus autonomes.La méthode qui a le plus de succès est l’initiation des veaux à la tété par des techniques cranio – sacrées.  Son combat, apprendre aux éleveurs, mais également à ses confrères, à donner une chance, par les techniques manuelles, à une vache couchée, et ce sans l’usage de la pince élévatrice si traumatisante.A ce titre, il intervient comme formateur à l’IMAOV (Institut des Médecines Alternatives et Ostéopathie Vétérinaire). Ses formations attirent aussi de plus en plus de techniciens qui s’investissent dans ces nouvelles pratiques.Ainsi il dispense ses formations dans de nombreux réseaux : Chambres d’Agricultures, ADEAR, CIVAM, ADABIO, ELIOSE 

Formation vidéo

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.