Bien nourrir un ruminant : 1er pas vers l’autonomie !

39.90 TTC

Yan MATHIOUX, nutritionniste indépendant, nous rappelle les mécanismes de la digestion d’un ruminant et quelles sont les conséquences pour nos choix d’alimentation. Il dresse aussi un tableau complet des fourrages à notre disposition, connaissances indispensables pour développer son autonomie alimentaire.

Catégorie : Étiquettes : , ,

Présentation

Sommaire

 18 vidéos – 1 h 37 de formation

Module 1 : Les bases de l’alimentation des ruminants

1 – Introduction : quelle est la ration idéale d’un ruminant ?

2 – Les bases de l’alimentation d’un ruminant

3 – Digestion de l’énergie et des protéines

4 – Trouver l’équilibre entre énergie et protéines

5 – Importance de la structure mécanique de la ration

6 – La bousologie !

Module N°2 : Connaître les fourrages pour mieux les valoriser

7 – Prairies temporaires de graminées

8 – Cas des mélanges multi-espèces

9 – L’herbe, ça se récolte tôt !

10 – Bien valoriser le pâturage

11 – Choisir ses prairies permanentes

12 – Les légumineuses : trèfle et luzerne

13 – Les méteils

14 – Colza fourrager, chicorée, plantain

15 – Le sorgho

16 – La betterave

17 – Pourquoi réduire l’ensilage de maïs ?

18 – Conclusion

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Éleveurs de bovins lait et viande
  2. Porteurs de projet d’installation en agriculture
  3. Élèves de l’enseignement agricole
  4. Conseillers élevage

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n’est nécessaire.

Objectifs

  • Connaître les spécificités de la digestion d’un bovin
  • Savoir comment sont digérés l’énergie et les protéines
  • Comprendre l’importance de la structure mécanique d’une ration
  • Découvrir la bousologie comme guide pratique au quotidien
  • Connaître les caractéristiques, avantages et inconvénients des principaux fourrages que l’on peut donner aux bovins

L'auteur

Nutritionniste indépendant

Bérrichon et petit-fils d’éleveur, Yan MATHIOUX, avec un double BTS en poche, productions animales et technico-commercial, commence son activité professionnelle comme technico-commercial dans une entreprise de fabrication d’aliment. Mais dans « technico-commercial », il y a « commercial » et très vite Yan MATHIOUX ne se retrouve plus dans cette activité.

Il quitte donc cette entreprise pour faire du conseil en nutrition dans une entreprise Irlandaise de fabrication de remorques mélangeuses. Il appréciera d’abord cette culture de l’entreprise anglo-saxonne qui apprends à toujours trouver des solutions à chaque difficulté. Mais quand un accord avec une entreprise d’aliment lui fait perdre son indépendance dans le conseil, il démissionne.

Le conseil, rien que le conseil …

En 2007, avec un ancien collègue, Yan MATHIOUX monte le projet qui correspond à ses véritables objectifs professionnels : une entreprise privée qui proposerait du conseil en nutrition aux éleveurs sans avoir rien d’autre à leurs vendre, « on voulait se lever le matin pour faire ce qu’on aimait ». Un projet pour le moins audacieux, bien avant que l’on ne commence à parler de la séparation du conseil et de la vente dans un autre domaine qu’est celui des produits phytosanitaires !

Dès 2008, la jeune entreprise profitera paradoxalement de la première crise du lait. Les éleveurs doivent réagir, changer leurs façons de travailler et réduire leurs charges. Les premiers clients sont d’abord les éleveurs qui se posent des questions, puis, curieux des résultats, sont venus leurs voisins. Les comptables seront aussi très vite de bons prescripteurs.

Et ça marche ! Au bout de 2 ans et demi, à deux, ils ne peuvent plus faire face à la demande venant de toute la France. Ils créent donc un réseau de franchises, pour n’envoyer devant les agriculteurs que des chefs d’entreprises, dans un dialogue de chef d’entreprise à chef d’entreprise.

Le commerce équitable c’est aussi pour les éleveurs français !

Pour fidéliser sa clientèle en lui apportant un service supplémentaire et prouver les effets de la nutrition avec les produits de la ferme sur la qualité de la viande, il crée une entreprise de commercialisation pour valoriser, en circuit court, les bêtes de ses meilleurs éleveurs. 

Achetant les bovins à un prix supérieur de plus de 20 % au-dessus du prix de marché, il vend une viande maturée, à une 60aine de restaurateurs ainsi qu’à des particuliers livrés à domicile.

Un Food-truck et des burgers de produits locaux complètent petits à petit la gamme d’activité de cette nouvelle entreprise bien nommée : « De meuh en mieux ».

Retrouvez les formations vidéos de Yan MATHIOUX

Bien nourrir un ruminant : les bases

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.