Conseils pour réussir – Chiens de protection

29.90 HT

La collection « Conseils pour réussir » propose des jeux de 52 cartes au format bridge (58 x 89 mm) sur des thèmes spécifiques. Celui-ci aborde 52 conseils pour réussir dans les chiens de protection des troupeaux

C’est un jeu pédagogique qui s’utilise en salle pour aider les élèves de l’enseignement agricole, les porteurs de projet et les éleveurs qui ont ou auront à faire face à la prédation !

Cela permet au formateur et à l’animateur d’aborder une multitude de notions sous une forme très ludique. Le jeu rythme la journée et permet de « faire une pause » dans les apports de contenu.

Il y a différentes façons de l’utiliser suivant la taille du groupe et le temps dont on dispose.

93 en stock

Catégories : , , Étiquette :

Exemples de cartes conseils

Comment utiliser le jeu ?

Préambule

La collection « Conseils pour réussir » est composée de jeux de 52 cartes conseils sur des thématiques spécifiques à l’agriculture.
Ces conseils ont été rédigés et validés par des experts du réseau d’Agrilearn. Il ne s’agit pas pour nous d’apporter les meilleurs conseils car ceux-ci peuvent s’avérer utiles dans certaines situations et inefficaces dans d’autres.
Les conseils ont donc vocation a être discutés, bousculés, validés, enrichis, développés par les stagiaires pour que ces derniers aiguisent leur sens critique, et finalement s’approprient certains d’entre eux.

5 jeux sont actuellement disponibles :

  1. Vente directe
  2. Gestion agricole
  3. Relations humaines
  4. Apprentissage et mémorisation
  5. Chiens de protection

 

Ces jeux de cartes ont été conçus pour être utilisés en salle et mettre en place des activités ludiques, de groupes et/ou individuels.
Ce guide vous propose 5 façons de les utiliser mais n’est en aucun cas exhaustif : à chaque formateur d’adapter et d’inventer de nouvelles façons de les utiliser ! La seule limite est votre imagination 😉

1 – Sélectionner les conseils les plus utiles à mettre en œuvre

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Demander à chaque sous-groupe de lire les conseils et faire une pyramide (à plat) de 21 cartes en positionnant :
o 6 cartes sur la 1ère rangée
o 5 cartes sur la 2ème rangée
o 4 cartes sur la 3ème rangée
o 3 cartes sur la 4ème rangée
o 2 cartes sur la 5ème rangée
o 1 carte sur la dernière rangée
• Le conseil le plus utile est à positionner tout en haut de la pyramide et ceux de moins en moins utiles dans les rangées inférieures.
• Ils auront aussi 5 cartes à écarter, celles dont les conseils leur semblent vraiment inutiles ou inappropriés.
• Une fois le travail réalisé, chaque sous-groupe partage au grand groupe les 6 conseils les plus pertinents et justifie ses choix
NB : si la taille du groupe est plus importante, il faut plusieurs jeux de cartes : pour qu’aucun des sous-groupes ne se retrouve avec exactement le même jeu de carte, il sera nécessaire de les mélanger au préalable.

2 – Trier les conseils selon son opinion

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Tracer 3 colonnes sur un tableau blanc avec comme intitulé :
o Je suis d’accord avec ce conseil
o Je ne suis pas d’accord avec ce conseil
o Je ne comprends pas bien ce conseil
• Après un temps de réflexion en sous-groupe, chacun vient positionner les cartes dans ces 3 colonnes
• La mise en commun se fait en grand groupe :
o Est-ce que tout le monde partage ce positionnement ?
o Les sous-groupes doivent se justifier sur leur choix
o Le formateur explique les conseils non compris
NB : si la taille du groupe est plus importante, il faut plusieurs jeux de cartes : lors du positionnement des cartes dans les 3 colonnes, le formateur veillera à enlever les doublons mis dans la même colonne et laissera ceux mis dans des colonnes différentes.

 

3 – Trier les conseils selon leur application concrète

• Distribuer 10 cartes conseils par personne en mélangeant les différents jeux au préalable
• Tracer 3 colonnes sur un tableau blanc :
o J’applique déjà ce conseil
o Il me serait utile d’appliquer ce conseil à l’avenir
o Ce conseil ne me concerne pas
• Travail de réflexion individuel
• Chaque stagiaire positionne les conseils dans les 3 colonnes
• Mise en commun en grand groupe :
o Chacun explique comment il applique le conseil chez lui (exemple concret)
o Chacun explique comment il pourrait appliquer ce nouveau conseil chez lui

 

4 – Organiser les cartes en catégories logiques

• Constituer des sous-groupes de 10 personnes maximum et leur donner à chacun 52 conseils soit un jeu complet
• Trier les cartes selon les conseils qui semblent être sur le même thème/catégorie puis nommer explicitement chacune des catégories ainsi définies
• Afficher les cartes par grappes de catégories au tableau blanc (comme pour un METAPLAN)
• Mise en commun en grand groupe et comparaison des catégories et du tri opéré par chaque sous-groupe
NB : une variante consiste à distribuer des cartes différentes (26 par exemple) à chaque sous-groupe pour qu’il produise un travail complémentaire

 

5 – Améliorer et enrichir les conseils

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Classer les conseils en deux catégories :
o Nous sommes d’accord avec la formulation
o Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec la formulation
• À partir des cartes où la formulation n’est pas appropriée, proposer une nouvelle formulation
• Puis, inventer au moins 5 autres conseils
• Mise en commun en grand groupe en justifiant la nouvelle formulation et en expliquant l’utilité des nouveaux conseils

Le rédacteur des conseils

Du scientifique au berger

C’est par un parcours académique, que commence la vie professionnelle de Mathieu MAURIES. Ingénieur en agriculture et titulaire d’un doctorat de zootechnie, spécialisation nutrition des ruminants, il se consacre d’abord à l’enseignement et à la recherche. Professeur de zootechnie à l’école supérieure d’agriculture d’Angers, il mène en parallèle des recherches sur la culture de la luzerne et son utilisation par les ruminants. Pendant 20 ans, il travaille sur cette culture, comme chercheur, puis conseiller scientifique pour l’industrie, en enfin comme nutritionniste indépendant.

Après deux publications sur son sujet de recherche : la luzerne, aux Editions France Agricole, il s’intéresse à la transition vers l’agriculture biologique avec une publication sur le sujet en 1998 – Produire du lait biologique – Mathieu MAURIES & Guy ALLARD – Editions France Agricole.

Ses activités l’amènent à voyager, aux Etats Unis et au Canada notamment. Ces voyages seront l’occasion de rencontres et d’échanges qui vont enrichir ses réflexions. Alors qu’il commence à s’intéresser aux chiens de protection et à en introduire la question dans ses cours de zootechnie, il rencontre sur le continent américain des éleveurs confrontés aux grands prédateurs (ours, loups …) et découvre des pratiques inconnues en Europe, comme celle de faire travailler des chiens de protection avec des ânes.

Réaliser son rêve d’enfant.

A 40 ans, il décide de réaliser son rêve d’enfant, devenir PAYSAN. Un rêve, mais aussi un mot qui a pour lui du sens. Il est de ces paysans qui nous nourrissent, qui se consacrent à leurs animaux chaque jour, par tous les temps, qui vivent en harmonie avec la nature et le PAYS. Mais il est aussi de ces paysans qui savent allier le « bon sens paysan » avec les connaissances et savoirs techniques et scientifiques, indispensables à ce métier si complexe et exigeant.

C’est dans le sud-est de la France qu’il réalise sa première installation, avec un élevage de chèvres et moutons. Son cheptel subira bientôt une attaque de chiens errants, il adopte alors son premier Patou. Ce chien sera à l’origine de sa première meute. Il sera surtout le premier d’une longue lignée de compagnons de travail et de vie.

C’est en effet sur ce point principal que Mathieu MAURIES s’oppose au dogme encore en vigueur, selon lequel le chien de protection ne doit pas avoir de contact avec les humains. Ses chiens de protection sont d’abord des compagnons de vie, des partenaires et non des « outils de travail ».

10 ans d’apprentissage auprès de ses chiens.

Dans les années 90, les seules informations et données disponibles concernant l’élevage et l’usage des chiens de protection, proviennent des Etats Unis. Dans les grands espaces du continent américain, le contexte de vie et de travail des éleveurs et de leurs chiens est très différent de celui de l’Europe. Ici éleveurs, chiens, randonneurs et autres usagers doivent se partager les territoires.

Pourtant, les protocoles d’introduction des chiens de protections dans les troupeaux, défendues par les institutions, et mis en place en France lors de l’arrivée du loup, seront calqués sur ce modèle américain.

Dès le départ, Mathieu MAURIES n’a pas été convaincu par cette approche, et c’est par l’observation de ses chiens pendant 10 ans, qu’il mettra en place sa propre méthode d’élevage et d’éducation. Lors de ses années d’élevage dans le sud-est de la France, il est confronté, comme tous les éleveurs, aux problèmes de cohabitation avec les touristes et la population, dense dans cette région. Cette cohabitation est source de tracas permanents pour les éleveurs et le mode d’utilisation des chiens de protection mis en place n’est pas adapté à ce contexte.

Pour Mathieu MAURIES, la méthode d’éducation préconisée, tout comme la sélection des chiens, ne permettent pas d’avoir des chiens suffisamment intelligents, sociables et donc capables de travailler dans un environnement complexe, de mener à bien leur tâche de protection des troupeaux, sans être un danger pour la population locale ou touristique, et sans se mettre en danger eux même.

La méthode de Mathieu MAURIES

Aujourd’hui installé dans les Pyrénées, l’élevage du Hogan des Vents, comprends une centaine de brebis, des chèvres du Rove et des chèvres Pyrénéennes, ainsi que des vaches Bretonne Pie Noir. Tous pâturent sous la protection de ses Montagnes des Pyrénées et de ses Kangals, accompagnés par des ânes.

Il propose aujourd’hui sa propre méthode d’éducation des chiens de protection et a mis en place plusieurs lignées de chiens sociables, équilibrés et aptes à travailler dans différents milieux, avec différents types de prédateurs (loups, ours, chien errants …) et différents animaux (moutons, chèvres, bovins, alpagas …). A ce jour, il a placé plus de 200 chiens de protection dans toute la France, dans de nombreux pays d’Europe (Italie, Espagne, Angleterre, Norvège, Tchéquie…) mais aussi aux Etats Unis ou en Russie.

Les clés de sa méthode consistent d’abord à élever ses chiots avec amour, dans un environnement où ils sont à la fois intégrés à la meute et en contact avec tous les autres animaux de la ferme (y compris les volailles et les chats) avec lesquels ils doivent apprendre à cohabiter sereinement. Parallèlement, le travail d’éducation quotidien permet aux chiots de s’habituer au monde des hommes. Marcher en laisse dans une rue, monter en voiture, se laisser manipuler par son maître, sont aussi des aptitudes qu’un chien de protection doit avoir.

De son expérience, il a tiré un certain nombre d’enseignements qu’il a à cœur de partager pour faire comprendre le fonctionnement des chiens et leur permettre d’exprimer tous leur potentiel. Expériences qu’il partage dans de nombreuses publications, notamment son ouvrage :  Le Montagne des Pyrénées – Chiens de protection de troupeaux - L’édition à façon- 2016.

  • Témoigner de l’amour et de l’affection à ses chiens pour en obtenir le respect.
  • Savoir constituer une meute équilibrée, adaptée au milieu et au contexte.
  • Stimuler les chiots dès leur plus jeune âge afin qu’ils soient capables de gérer des situations complexes à l’âge adulte.
  • Savoir se donner le temps de former un chien, au minimum deux ans de formation initiale et deux ans de maîtrise de son territoire.
  • Mais aussi savoir qu’un chien de protection ne se prend pas pour un mouton !

Voici quelques-uns des nombreux enseignements de Mathieu MAURIES.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Conseils pour réussir – Chiens de protection”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *