Les sciences cognitives au service des enseignants, des formateurs et des apprenants

99.00 HT

Cette formation à destination des enseignants et formateurs, mais aussi des apprenants, se base sur les recherches récentes en sciences cognitives et les dernières connaissances sur le cerveau. Après un rappel des principales définitions de notre sujet : « sciences cognitives », « mémoire », « apprendre », « plasticité cérébrale », « attention », « oubli » …

Le cœur de la formation est consacré aux 7 principes de l’apprentissage selon Steve MASSON, chercheur en neuroéducation à l’Université du Québec. Ces principes, transversaux et communs à tous les apprenants, vous permettront une grande liberté pédagogique. Enfin, un dernier module très pratique vous donnera des techniques et des outils à tester rapidement.

 


44 vidéos – 3h20

+ 1 jeu de 52 cartes « conseil pour réussir »

+ diaporama de sensibilisation des apprenants à utiliser tel quel ou adapter à votre pratique

Catégorie : Étiquettes : ,

Programme

Module 1 : Définitions et connaissances de base sur le cerveau humain et l’apprentissage

  • Introduction
  • Sciences cognitives
  • Visite du cerveau
  • Apprendre et comprendre
  • Plasticité cérébrale
  • Fonctions exécutives
  • L’attention
  • Les mémoires
  • L’oubli
  • Métacognition

Module 2 : les 7 principes de l’apprentissage selon Steve MASSON

  • Introduction module 2
  • Comment s’active les neurones ?
  • Principe N°1 – Activer les neurones liés à l’apprentissage visé
  • Principe N°2 – Activer les neurones à plusieurs reprises
  • Principe N°3 – Récupérer en mémoire
  • Principe N°4 – Élaborer des explications
  • Principe N°5 – Espacer l’activation des neurones
  • Principe N°6 – Maximiser la rétroaction
  • Principe N°7 – Cultiver un état d’esprit dynamique
  • Synthèse des 7 principes

Module 3 : Bonnes pratiques et outils à tester dès demain !

  • Que faut-il vérifier ?
  • Que faut-il favoriser ?
  • Que faut-il éviter ?
  • Conclusion
  • Introduction aux modules pour les apprenants

Module 4 : 2 modules pour les apprenants

  • Introduction formation pour les apprenants
  • Intro – MODULE 1 élèves
  • Comprendre
  • Oubli et mémorisation
  • Apprendre
  • Lien entre comprendre, mémoriser et apprendre
  • Plasticité cérébrale
  • Fonctions exécutives
  • Attention
  • Les 4 stratégies à éviter
  • Produire quelque chose
  • Se fixer des buts
  • Cultiver un état d’esprit dynamique
  • Etre dans un état émotionnel propice à l’apprentissage
  • Savoir rapidement si j’ai juste ou faux
  • Répondre à des questions
  • Élaborer des explications
  • Réaliser un surapprentissage
  • Conclusion

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Enseignants quelle que soit la matière enseignée et l’âge des apprenants
  2. Formateurs d’adultes

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n’est nécessaire

Objectifs

  • Découvrir les apports des sciences cognitives dans sa pratique d’enseignants ou de formateurs
  • Connaître les stratégies les plus efficaces pour mémoriser à long terme
  • Connaître tous les facteurs qui freinent ou empêchent un apprentissage correct
  • Savoir expliquer aux apprenants comment fonctionne leur cerveau et l’apprentissage en général

Jeu de cartes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La collection « Conseils pour réussir » est composée de jeux de 52 cartes conseils sur des thématiques diverses.
Ces conseils ont été rédigés et validés par des experts du réseau d’Agrilearn. Il ne s’agit pas pour nous d’apporter les meilleurs conseils car ceux-ci peuvent s’avérer utiles dans certaines situations et inefficaces dans d’autres.
Les conseils ont donc vocation a être discutés, bousculés, validés, enrichis, développés par les élèves pour que ces derniers aiguisent leur sens critique, et finalement s’approprient certains d’entre eux.

5 jeux sont actuellement disponibles :

  1. Vente directe de produits fermiers
  2. Gestion de l’entreprise agricole
  3. Relations humaines et vie de groupe
  4. Chiens de protection des troupeaux
  5. Apprendre et mémoriser

 

Ces jeux de cartes ont été conçus pour être utilisés en salle et mettre en place des activités ludiques, de groupes et/ou individuels.
Ce guide vous propose 5 façons de les utiliser mais n’est en aucun cas exhaustif : à chaque formateur d’adapter et d’inventer de nouvelles façons de les utiliser ! La seule limite est votre imagination 😉

1 – Sélectionner les conseils les plus utiles à mettre en œuvre

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Demander à chaque sous-groupe de lire les conseils et faire une pyramide (à plat) de 21 cartes en positionnant :
o 6 cartes sur la 1ère rangée
o 5 cartes sur la 2ème rangée
o 4 cartes sur la 3ème rangée
o 3 cartes sur la 4ème rangée
o 2 cartes sur la 5ème rangée
o 1 carte sur la dernière rangée
• Le conseil le plus utile est à positionner tout en haut de la pyramide et ceux de moins en moins utiles dans les rangées inférieures.
• Ils auront aussi 5 cartes à écarter, celles dont les conseils leur semblent vraiment inutiles ou inappropriés.
• Une fois le travail réalisé, chaque sous-groupe partage au grand groupe les 6 conseils les plus pertinents et justifie ses choix
NB : si la taille du groupe est plus importante, il faut plusieurs jeux de cartes : pour qu’aucun des sous-groupes ne se retrouve avec exactement le même jeu de carte, il sera nécessaire de les mélanger au préalable.

2 – Trier les conseils selon son opinion

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Tracer 3 colonnes sur un tableau blanc avec comme intitulé :
o Je suis d’accord avec ce conseil
o Je ne suis pas d’accord avec ce conseil
o Je ne comprends pas bien ce conseil
• Après un temps de réflexion en sous-groupe, chacun vient positionner les cartes dans ces 3 colonnes
• La mise en commun se fait en grand groupe :
o Est-ce que tout le monde partage ce positionnement ?
o Les sous-groupes doivent se justifier sur leur choix
o Le formateur explique les conseils non compris
NB : si la taille du groupe est plus importante, il faut plusieurs jeux de cartes : lors du positionnement des cartes dans les 3 colonnes, le formateur veillera à enlever les doublons mis dans la même colonne et laissera ceux mis dans des colonnes différentes.

 

3 – Trier les conseils selon leur application concrète

• Distribuer 10 cartes conseils par personne en mélangeant les différents jeux au préalable
• Tracer 3 colonnes sur un tableau blanc :
o J’applique déjà ce conseil
o Il me serait utile d’appliquer ce conseil à l’avenir
o Ce conseil ne me concerne pas
• Travail de réflexion individuel
• Chaque stagiaire positionne les conseils dans les 3 colonnes
• Mise en commun en grand groupe :
o Chacun explique comment il applique le conseil chez lui (exemple concret)
o Chacun explique comment il pourrait appliquer ce nouveau conseil chez lui

 

4 – Organiser les cartes en catégories logiques

• Constituer des sous-groupes de 10 personnes maximum et leur donner à chacun 52 conseils soit un jeu complet
• Trier les cartes selon les conseils qui semblent être sur le même thème/catégorie puis nommer explicitement chacune des catégories ainsi définies
• Afficher les cartes par grappes de catégories au tableau blanc (comme pour un METAPLAN)
• Mise en commun en grand groupe et comparaison des catégories et du tri opéré par chaque sous-groupe
NB : une variante consiste à distribuer des cartes différentes (26 par exemple) à chaque sous-groupe pour qu’il produise un travail complémentaire

 

5 – Améliorer et enrichir les conseils

• Constituer des sous-groupes de 5 personnes maximum et leur donner à chacun 26 conseils (la moitié d’un jeu)
• Classer les conseils en deux catégories :
o Nous sommes d’accord avec la formulation
o Nous ne sommes pas tout à fait d’accord avec la formulation
• À partir des cartes où la formulation n’est pas appropriée, proposer une nouvelle formulation
• Puis, inventer au moins 5 autres conseils
• Mise en commun en grand groupe en justifiant la nouvelle formulation et en expliquant l’utilité des nouveaux conseils

L'auteur

Un formateur spécialisé dans le circuit court et la création de projet agricole !Laurent BERIZZI - expert en circuit court et création d'entreprise

Issu d’une formation supérieure en productions animales, puis en Agriculture Biologique, Laurent BERIZZI se confronte rapidement à la réalité.  Il comprend alors que ce n’est pas la technique qui changera l’agriculture de demain mais ceux qui la font ! Dès lors, il se forme aux relations humaines (sociologie), à la conduite du changement (PNL), puis à la pédagogie (Intelligences multiples). En parallèle, avec son épouse, il se lance dans la création d’une ferme en élevage bio et circuit court. C'est dans ce contexte qu'il s’est engagé pendant 15 ans dans la commercialisation des produits. Il anime aussi ses premières actions de formation pour les agriculteurs dans les années 2000.

Une remise en question pédagogique permanente

Laurent BERIZZI raconte : « Lorsque j’animais mes premières formations, je me demandais pourquoi certaines séquences pédagogiques fonctionnaient bien alors que d’autres plongeaient les stagiaires dans l'ennui. Puis, je me suis formé à la pédagogie participative visant à mieux impliquer les stagiaires dans la construction de leur savoir. Progressivement, j’ai appliqué ces méthodes et ces outils lors de chacune de mes actions de formation avec des résultats vraiment très intéressants ». Plus tard, dans ses lectures quotidiennes, il découvre d'autres approches pédagogiques. Il s'aperçoit aussi, d'expérience, que les apprenants sont différents dans leur façon d’apprendre. Ils auraient « des préférences et des facilités si les notions enseignées sont présentées d’une certaine façon plutôt qu’une autre ». Il s'est donc employé à varier les séquences dans un ordre logique.  Puis, il a abordé les notions sous des angles variés afin de mieux répondre aux aptitudes différentes des apprenants.

 «...Pour moi, toutes les notions doivent être reliées à une réalité concrète.»

C'est à force de se perfectionner dans de nouvelles modalités pédagogiques que Laurent se rend compte que la formation est un formidable outil de transformation. Non par le fait que le formateur transformerait les personnes mais plutôt qu'il les aide à devenir plus autonomes dans leurs recherches de solutions pour leur projet. Laurent BERIZZI affirme : « Pour moi, toutes les notions doivent être reliées à une réalité concrète pour le stagiaire et en l’occurrence, pour le public de futurs installés, à leur projet professionnel. »

Fils et petit-fils de vidéastes, il adapte son savoir agricole

Passionné par la vidéo depuis tout petit, il décide en 2014 d’allier ses connaissances en pédagogie active et en montage de film pour réaliser ses premières vidéos pédagogiques avec Yves LE GUAY. De cette première expérience naîtra l’envie d’aller plus loin, en constituant le plus grand catalogue de vidéos pédagogiques du monde agricole : Agrilearn était né !

Testez vos connaissances

Module 1 : Définitions et connaissances de base sur le cerveau humain et l’apprentissage

 

Vidéo : Sciences cognitives

 

Le terme « sciences cognitives » est synonyme de neurosciences.

        VRAI

       FAUX

 

Ce sont des sciences cognitives :

1.      La linguistique

2.      La psychologie

3.      L’histoire

4.      L’intelligence artificielle

5.      Les neurosciences

6.      Les mathématiques

7.      La philosophie

 

Vidéo : visite du cerveau

 

Dans notre cerveau, le siège des fonctions cognitives de haut niveau est :

1.      Le lobe temporal

2.      Le lobe frontal

3.      Le lobe pariétal

4.      Le lobe occipital.

 

Vidéo : apprendre et comprendre

 

« Apprendre » a la même racine latine que :

1.      Apprivoiser

2.      Appréhender

3.      Approfondir

4.      Comprendre

 

Apprendre c’est :

1.      Saisir par la pensée

2.      Acquérir une idée claire des causes et conséquences d’un phénomène

3.      Construire une représentation précise d’un système

4.      Transformer des informations en des connaissances utiles et exploitables.

5.      Devenir capable d’expliquer une notion avec ses propres mots

 

Comprendre est :

1.      Un processus binaire

2.      Un processus jamais achevé

3.      Un processus non binaire

4.      Un processus temporaire

 

Comprendre c’est :

1.      Saisir par la pensée

2.      Acquérir une idée claire des causes et conséquences d’un phénomène

3.      Construire une représentation précise d’un système

4.      Transformer des informations en des connaissances utiles et exploitables.

5.      Devenir capable d’expliquer une notion avec ses propres mots

 

Vidéo : plasticité cérébrale

 

La plasticité cérébrale :

1.      Est un phénomène physique

2.      Ne concerne que les enfants

3.      Concerne tous les humains à tous les âges de la vie

4.      Certaines personnes en sont mieux dotées que d’autres

5.      Permet l’apprentissage et la mémorisation

6.      Permet la compréhension.

 

On peut apprendre à tous les âges.

         VRAI

       FAUX

 

Vidéo : fonctions exécutives

 

La recherche a démontré que les fonctions exécutives sont plus importantes que le QI dans l’épanouissement d’une personne.

        VRAI

       FAUX

 

Les fonctions exécutives regroupent 3 compétences, lesquelles :

1.      La mémoire de travail

2.      La mémoire à long terme

3.      Le contrôle inhibiteur

4.      Le contrôle pariétal

5.      La plasticité cérébrale

6.      La flexibilité cognitive

 

Sans ces compétences que sont les fonctions exécutives, un enfant ne peut pas apprendre.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : les mémoires

 

Il existe 3 types de mémoires selon la nature et la quantité d’informations à retenir.

        VRAI

       FAUX

 

La mémoire sensorielle stocke à long terme les informations issues de nos sens.

        VRAI

       FAUX

 

La capacité moyenne de la mémoire de travail :

1.      Est limitée à 1 à 2 informations en même temps

2.      Est limitée à 7 informations en même temps

3.      Est limitée à une quinzaine d’informations en même temps

4.      Est variable selon les personnes

5.      Est la même quelles que soient les personnes

 

La mémoire épisodique est :

1.      De capacité illimitée.

2.      Plus sujette à l’oubli si les souvenirs sont chargés d’émotions

3.      Moins sujette à l’oubli si les souvenirs sont chargés d’émotions

 

La mémoire procédurale stocke des activités réalisées un grand nombre de fois.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : l’oubli

 

Si on ne met pas en place des stratégies de mémorisation, on oublie. Sauf lorsque le souvenir est lié à une émotion.

        VRAI

       FAUX

 

L’oubli atteint surtout :

1.      Les informations les plus récemment acquises.

2.      Les informations les plus anciennement acquises.

 

Vidéo : métacognition

 

La métacognition est :

1.      L’ensemble des processus mentaux relatifs au traitement de l’information.

2.      Le regard que l’apprenant porte sur ses processus d’apprentissage

3.      Est une activité personnelle qui, chez les jeunes doit être accompagnée.

 

Module 2 : Les 7 principes de l’apprentissage selon S. MASSON

 

Vidéo : comment s’activent les neurones

 

Notre cerveau contient environ :

1.      90 millions de neurones

2.      90 milliards de neurones

3.      900 milliards de neurones

 

L’endroit où se connectent les neurones les uns aux autres est appelé :

1.      Axone

2.      Dendrite

3.      Synapse

 

Apprendre, c’est changer la façon dont les neurones sont connectés les uns aux autres.

        VRAI

       FAUX

 

Apprendre est un phénomène :

1.      Biologique

2.      Psychologique

 

Vidéo : Principe N° 1 : activer les neurones liés à l’apprentissage visé

 

Utiliser des approches actives signifie :

1.      Que l’apprenant doit être actif physiquement

2.      Que l’apprenant doit produire quelque chose

3.      Que l’apprenant doit être actif dans son cerveau

 

La lecture d’un cours est une approche :

1.      Active

2.      Passive

 

Il a été démontré que la présence de son téléphone portable, dans la même pièce que l’apprenant réduit significativement ses performances.

        VRAI

       FAUX

 

Il est possible d’accomplir plusieurs tâches en même temps, à leur plein potentiel, à condition d’être capable d’une grande concentration.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : Principe N° 2 : Activer les neurones à plusieurs reprises

 

Une seule activation des neurones provoque déjà un changement significatif dans le cerveau.

        VRAI

       FAUX

Quand les connexions neuronales diminuent et disparaissent : c’est l’oubli.

        VRAI

       FAUX

 

Ne pas réussir un quiz ou un contrôle :

1.       Signifie que l’apprentissage n’a pas eu lieu.

2.      Signifie que les connexions neuronales ne sont pas encore assez solides

3.      Signifie qu’il faut continuer à s’entrainer

 

L’entrainement répété d’une même activité pendant longtemps est une bonne technique d’activation des neurones.

        VRAI

       FAUX

 

Varier le type d’activités permet :

1.      D’éviter l’effet d’habituation

2.      D’éviter le découragement

3.      D’éviter la désactivation du cerveau

4.      D’éviter l’enregistrement de fausses informations.

 

La durée maximale d’attention :

1.      Est fixe entre 12 et 15 minutes pour un adulte.

2.      N’est pas fixe, mais dépend de l’enseignant et de sa façon de maintenir l’intérêt.

 

Le surapprentissage permet :

1.      De réduire la charge cérébrale nécessaire à une tâche

2.      De réussir un contrôle à coup sûr.

3.      De stabiliser les connexions neuronales

4.      De réduire l’oubli

5.      D’accélérer l’apprentissage

 

Faire des erreurs lors de l’entrainement est positif à condition qu’elles puissent être corrigées au plus vite.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : Principe N° 3 : récupérer en mémoire

 

La récupération en mémoire :

1.      Consiste à faire l’effort, à plusieurs reprises, de se souvenir d’une connaissance.

2.      Est une réactivation des neurones

3.      Se fait par des entraînements longs et répétitifs

4.      Active des régions spécifiques du cerveau

 

Relire régulièrement ses notes est une bonne méthode de récupération en mémoire.

        VRAI

       FAUX

Se poser la question d’une définition est une bonne méthode de récupération en mémoire.

        VRAI

       FAUX

L’entraînement à la récupération en mémoire est encore plus profitable aux élèves qui ont des difficultés.

        VRAI

       FAUX

 

Comment peut-on s’entraîner à récupérer en mémoire ?

1.      En faisant des petits tests fréquents

2.      En faisant des tests notés souvent

3.      En répondant souvent à des questions

4.       En utilisant les cartes flash de Mémo +

5.      En laissant au moins 3 secondes après avoir posé une question

6.      En donnant rapidement la réponse si la personne hésite

7.      En donnant des indices plutôt que des réponses

 

 

Vidéo : Principe N° 4 : Elaborer des explications

 

La carte mentale est un outil qui permet l’autoexplication.

        VRAI

       FAUX

Elaborer des explications active des régions du cortex préfrontal associées à la mémoire à long terme.

        VRAI

       FAUX

 

Le principe d’élaboration d’explications doit intervenir :

1.      Avant la récupération en mémoire.

2.      Après les entraînements répétés et la récupération en mémoire.

3.      En début de cours pour rappeler ce qui a été vu précédemment.

 

Vidéo : Principe N° 5 : espacer l’activation des neurones

 

Pour éviter l’effet d’habituation, il faut :

1.      Resserrer l’activation des neurones

2.      Espacer l’activation des neurones

 

Pendant la nuit, le cerveau réactive les neurones qui se sont activés la journée.

        VRAI

       FAUX

 

Si on veut retenir longtemps une information :

1.      On allonge la durée d’espacement entre deux entrainements

2.      On réduit la durée d’espacement entre deux entraînements

 

Vidéo : Principe N° 6 : maximiser la rétroaction

 

C’est l’intérêt et la motivation qui mène à la réussite.

        VRAI

       FAUX

 

La rétroaction positive :

1.      Active les mécanismes de récompense

2.      Active les mécanismes de corrections d’erreurs

3.      Active les mécanismes de récupération en mémoire.

 

La rétroaction négative :

1.      Active les mécanismes de récompense

2.      Active les mécanismes de corrections d’erreurs

3.      Active les mécanismes de récupération en mémoire.

 

La rétroaction doit être :

1.      Immédiate

2.      Différée

3.      Axée sur la tâche

4.      Axée sur la personne

5.      Positive

 

Avec des enfants ou des adultes qui manquent de confiance en eux, il faut privilégier la rétroaction positive.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : Principe N° 7 : cultiver un état d’esprit dynamique

 

Pour apprendre il faut croire en sa capacité de s’améliorer et d’apprendre.

        VRAI

       FAUX

 

Une personne ayant un état d’esprit de croissance :

1.      Aime les défis

2.      Evite les défis

3.      Abandonne facilement face aux difficultés

4.      Affronte les difficultés

5.      Ignore les critiques

6.      Apprend des critiques

7.      Voit les efforts comme quelque chose de négatif.

 

Enseigner aux élèves comment le cerveau apprend peut contribuer à augmenter leurs capacités d’apprentissage.

        VRAI

       FAUX

 

Module 3 : Bonnes pratiques et outils à tester dès demain !

 

Vidéo : que faut-il vérifier ?

 

Que faut-il vérifier pour être dans de bonnes conditions d’apprentissage ?

1.      Les prérequis des apprenants.

2.      Les croyances antérieures des apprenants

3.      L’attention des apprenants

4.      L’état d’esprit des apprenants

 

Vidéos : que faut-il favoriser / éviter ?

 

Pour bien apprendre il faut favoriser :

1.      Une production active des apprenants.

2.      Les activités longues et répétitives

3.      Un cadre structuré d’apprentissage

4.      Un état d’esprit dynamique

5.      La rétroactivité immédiate

6.      Le multitâche

7.      Un état émotionnel compatible avec l’apprentissage.

8.      Un état d’esprit fixe

9.      La répétition d’erreurs

10.  Les sources de distraction.

 

Pour bien apprendre il faut éviter :

1.      Une production active des apprenants.

2.      Les activités longues et répétitives

3.      Un cadre structuré d’apprentissage

4.      Un état d’esprit dynamique

5.      La rétroactivité immédiate

6.      Le multitâche

7.      Un état émotionnel compatible avec l’apprentissage.

8.      Un état d’esprit fixe

9.      La répétition d’erreurs

10.  Les sources de distraction.

 

Module 4 : modules pour les apprenants

Vidéo : comprendre

 

On peut mémoriser une notion sans la comprendre.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : Oubli et mémorisation

 

Sans une bonne stratégie de mémorisation, au bout d’un mois on a oublié :

1.      20 % de ce que l’on a appris

2.      50 % de ce que l’on a appris

3.      90 % de ce que l’on a appris

 

Vidéo : apprendre

 

Apprendre c’est :

1.      Saisir par la pensée

2.      C’est réussir à utiliser de nouvelles informations dans la vie de tous les jours

3.      Une action naturelle et automatique

4.      Avoir compris une nouvelle information et l’avoir mémorisée.

5.       Devenir capable d’expliquer une notion avec ses propres mots

 

Vidéo : lien entre : comprendre – mémoriser – apprendre

 

On comprend mieux si on a un intérêt concret pour la matière.

        VRAI

       FAUX

L’entrainement est plus efficace si on commence par des exercices difficiles

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : plasticité cérébrale

 

La plasticité cérébrale est la capacité du cerveau à modifier ses connexions neuronales :

1.      En fonction de l’âge

2.      En fonction de l’environnement et des expériences vécues

 

L’intelligence d’une personne est liée à son nombre de neurones.

       VRAI

       FAUX

 

Plus les nouvelles connexions neuronales sont renforcées et solides

1.      Plus la quantité de choses apprises peut être importante.

2.      Plus l’on mémorise à long terme

 

Vidéo : fonctions exécutives

 

Les fonctions exécutives regroupent 3 compétences indispensables, lesquelles :

7.      La mémoire de travail

8.      La mémoire à long terme

9.      Le contrôle inhibiteur

10.  Le contrôle pariétal

11.  La plasticité cérébrale

12.  La flexibilité cognitive

 

La capacité à se contrôler, à se concentrer et à inhiber les distractions est :

1.      La mémoire de travail

2.      Le contrôle inhibiteur

3.      La flexibilité cognitive

 

La recherche a démontré que les fonctions exécutives sont plus importantes que le QI dans l’épanouissement et la réussite d’une personne.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : l’attention

 

L’attention est un filtre qui permet au cerveau de bloquer les éléments distracteurs pour rester concentré sur l’information pertinente.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : les 4 stratégies à éviter

 

Il a été démontré que la présence de son téléphone portable, dans la même pièce que l’apprenant réduit significativement ses performances.

        VRAI

       FAUX

 

Il est possible d’accomplir plusieurs tâches en même temps, à leur plein potentiel, à condition d’être capable d’une grande concentration.

        VRAI

       FAUX

 

L’entrainement répété d’une même activité pendant longtemps est une bonne technique d’activation des neurones.

        VRAI

       FAUX

 

Faire des erreurs lors de l’entrainement est positif à condition qu’elles puissent être corrigées au plus vite.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : produire quelque chose

 

Relire son cours à plusieurs reprises est une bonne méthode pour le mémoriser.

        VRAI

       FAUX

 

Utiliser une approche active pour mémoriser signifie :

1.      Que vous êtes actif physiquement

2.      Que vous produisez quelque chose

3.      Que vous êtes actif dans votre cerveau

 

Vidéo : cultiver un état d’esprit dynamique

 

La façon la plus sûre de réussir est de réessayer après un échec.

        VRAI

       FAUX

 

 

Vidéo : être dans un état émotionnel propice à l’apprentissage

 

Le cerveau reptilien :

1.      Est le centre des émotions et de la mémoire à long terme

2.      Est le centre des comportements primaires et de survie

3.      Ne stocke pas de mémoire et ne permet pas la réflexion

4.      Est sollicité en situation de stress, colère, anxiété

 

Il est impossible de bien apprendre lorsqu’on est stressé.

       VRAI

       FAUX

 

L’exercice de cohérence cardiaque permet :

1.      De caler les battements du cœur sur la respiration

2.      D’apaiser et de réduire le stress

3.      D’augmenter le nombre de pulsations cardiaques

 

Vidéo : savoir rapidement si j’ai juste ou faux

 

Si vous faites des erreurs lors d’entrainements et que celles-ci ne sont pas rapidement corrigées, votre cerveau les considère comme des vérités.

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : répondre à des questions

 

Répondre à des questions ou s’autoquestionner est une méthode qui permet :

1.      De récupérer en mémoire

2.      De se concentrer sur l’exercice

3.      De mémoriser l’information

4.      D’apaiser le stress

 

Vidéo : élaborer des explications

 

Elaborer des explications consiste à :

1.      Aller rechercher l’information déjà apprise

2.      Rechercher des liens entre différentes notions

3.      Inventer des histoires autour d’une notion

 

La carte mentale est un outil qui permet d’élaborer des explications et peut être utilisé pour toutes les matières

        VRAI

       FAUX

 

Vidéo : réaliser un surapprentissage

 

Le surapprentissage permet :

1.       De mémoriser à long terme

2.       De mémoriser des informations complexes

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les sciences cognitives au service des enseignants, des formateurs et des apprenants”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *