Maîtriser le calendrier fourrager en élevage allaitant

29.90 TTC

Dans cette série de vidéos, vous comprendrez ce qu’est un calendrier fourrager : une aide précieuse pour faire vos interventions (ensilage d’herbe, enrubannage, foin, pâturage…) au bon stade !

Catégorie : Étiquettes : ,

Présentation

Sommaire

 10 vidéos – 1 h 20 de formation

1 – Qu’est-ce qu’un calendrier fourrager ?

2 – Base 200°C : Fertilisation NPK

3 – Ph et efficacité des engrais

4 – Base 350° : Pâture

5 – Mise à l’herbe et stock sur pied

6 – Préconisations pour la pâture

7 – Base 500° : notion de déprimage et d’ététage

8 – Base 800° : récolte précoce

9 – Base 1200° : récolte tardive

10 – Conclusion

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Éleveurs allaitant en zone d’altitude 200 – 500 m
  2. Porteurs de projet d’installation en agriculture
  3. Élèves de l’enseignement agricole
  4. Conseillers élevage

Pré-requis

Objectifs

  • Connaître le principe du calendrier fourrager
  • Savoir quelles interventions faire aux différents stade (200, 350, 500, 800 et 1200 °C)

L'auteur

Dix ans d’expérience sur la valorisation de l’herbe

Eric BRACONNIER

Avec son BTS Productions Animales en poche, Éric BRACONNIER, s’oriente vers un Certificat de Spécialisation Informatique. Lors de son stage, il met en place un logiciel de gestion des inséminations. Tout au long de sa carrière, il n’aura de cesse de créer des outils informatiques pertinents au service du conseil en élevage. Ses études terminées, il fait ses débuts dans le développement agricole au service des habitants d’une oasis égyptienne.

Dans les années 90, les débuts du conseil en Chambre d’Agriculture.

C’est au cœur du bassin d’élevage charolais qu’il se lance et apprendra son métier de conseiller agricole, car « un métier ça s’apprend sur le terrain ». Ils sont alors une jeune équipe de conseillers motivés, qui organisent « des soirées rations » pour s’entraîner et proposer le meilleur conseil aux éleveurs.

Tous à l’herbe

Fin des années 2000, Éric BRACONNIER s’investi sur la problématique de la gestion de l’herbe. Faisant le constat d’une méconnaissance du fonctionnement des prairies permanentes, tant par les éleveurs que par les techniciens ou les chercheurs, il s’attache, en complément de l’approche agronomique, à développer une approche basée sur les pratiques des éleveurs.

C’est l’époque des premières revues mensuelles sur l’herbe en Saône et Loire, des débuts du pilotage sur le pâturage tournant et des premières journées techniques.

Difficile de faire venir les éleveurs à cette époque, mais il ne se décourage pas, et grâce à une poignée d’éleveurs aussi motivés que lui, il met en place un petit groupe de réflexion et les premières formations. C’est aussi l’époque pour éleveurs et conseillers de l’apprentissage des plantes qui poussent sur les herbages du Charolais et du Clunysois et plus largement sur les prairies permanentes du Centre France.

La gestion de l’herbe c’est de l’alimentation

Si en hiver les éleveurs sont bien conscients de la nécessité de gérer l’alimentation de leurs animaux, durant la période de pâturage la ressource est souvent mal valorisée par manque de connaissances.

Comprendre comment fonctionne la flore d’une prairie permanente, ce qu’est un calendrier fourrager, comment déterminer surfaces de récoltes et surfaces de pâturages, seront les compétences apportées aux éleveurs grâce à des formations et à une expertise alliant connaissances scientifiques et travail de terrain.

Le terrain, c’est d’abord chaque lundi matin pendant toute la saison, une tournée sur les parcelles des exploitations pilotes pour réaliser des mesures d’herbes et évaluer la pousse en fonction des sommes de températures.

Un travail de réseaux

Dans le cadre du SIDAM (Service Interdépartemental pour l’Animation du Massif Central), il intègre un réseau d’étude sur la pousse de l’herbe. Ce projet en réseau lui permet de lancer Herb’Hebdo, une News Letter aujourd’hui largement diffusée en Bourgogne.

Au sein du RMT « Prairies demain » se développent les échanges, les projets de recherches et les outils techniques.

Toujours à la recherche du meilleur outil

Parallèlement, il a toujours développé des outils informatiques permettant d’améliorer le conseil aux éleveurs et de faire gagner du temps aux conseillers. Calage du système fourrager, des rations, gestion des animaux au pâturage … mais aussi outils d’analyse technico-économiques.

Retrouvez toutes les formations vidéo d'Eric BRACONNIER

Comprendre le fonctionnement des prairies permanentes
Maîtriser le calendrier fourrager en élevage allaitant
Mieux valoriser ses prairies permanentes en élevage allaitant

Testez vos connaissances

1- Qu’est-ce qu’un calendrier fourrager ?

Le calendrier fourrager permet :
1. De suivre l’évolution de l’épis des graminées
2. De donner des indications sur les interventions sur ses pâtures
3. De connaitre les densités énergétiques d’un fourrage.

La mise à l‘herbe se fait aux environs de 800 °C.
 VRAI
 FAUX

Les foins tardifs interviennent vers 1400° C
 VRAI
 FAUX

Les graminées ont :
1. Une feuille vivante par talle
2. Trois à quatre feuilles vivantes par talle
3. Une dizaine de feuille vivante par talle.

Une graminée de 10 cm a autant de feuilles qu’une graminée d’un mètre de haut.
 VRAI
 FAUX

Qualité énergétique et rendement :
1. La qualité énergétique d’un pâturage évolue en fonction du rendement
2. La qualité énergétique d’un pâturage n’a aucun lien avec son rendement
3. La qualité énergétique d’un pâturage est inversement proportionnelle au rendement

L’UEB est :
1. L’Unité d’Encombrement Bovine
2. L’Unité Energétique Bovine
3. L’Unité Energétique de Base

 

2- Base 200 ° : fertilisation

Si l’utilisation de fertilisation est nécessaire, elle doit être apportée au stage optimum soit :
1. 200 ° C base 1er février
2. 200 °C base 1er janvier
3. 350° C base 1 er janvier
4. 350 ° C base 1er février

Un apport trop tôt, risque d’aboutir à une augmentation de la lixiviation.
 VRAI
 FAUX

L’hydrolyse est :
1. La transformation de l’ammonium en nitrate
2. La transformation de l’urée en ammonium
3. La transformation de l’urée en nitrate

Les apports en Phosphore :
1. Ont un effet très significatif jusqu’à 30 unités / ha
2. Ont un effet significatif à partir de 60 unités / ha
3. N’apportent rien au-delà de 60 unités / ha

Les apports en potasse (K) :
1. Ont un effet très significatif entre 30 et 60 unités / ha
2. Ont un effet très significatif entre 60 et 90 unités / ha
3. N’apportent rien au-delà de 120 unités / ha

Les apports en P et K d’une prairie sont couverts avec 10 à 15 tonnes de fumier.
 VRAI
 FAUX

3- Ph et efficacité des engrais

La meilleure période pour faire des analyses de Ph est :
1. Fin de printemps
2. Hivers
3. Automne
4. Fin d’été

Un Ph autour de 5.5 /6 permet :
1. D’augmenter les rendements de la prairie
2. De faciliter la mise à disposition des minéraux pour les plantes
3. De faciliter le démarrage du tallage

 

4- Base 350 ° : pâture

Le déprimage :
1. Est un outil de gestion des parcelles de fauche
2. Doit avoir lieu avant 10 cm
3. Doit avoir lieu à partir de 10 cm
4. Doit avoir lieu avant 500 °
5. Est un outil d’attente de la pousse sur parcelles de pâtures

L’affouragement à la sortie des animaux permet :
1. Une transition alimentaire
2. De faciliter la pousse
3. De lâcher les animaux quel que soit la météo

Le broyage des refus ramène de la lumière sur les plateaux de tallage et stimule la pousse.
 VRAI
 FAUX

La mise à l’herbe doit se faire à :
1. 300/350 °
2. 500 °
3. 4 cm
4. 5/6 cm

Une mise à l’herbe trop précoce pénalise la production d’herbe.
 VRAI
 FAUX

 

5- Mise à l’herbe et stock sur pied

Sur une prairie permanente, 1 cm d’herbe sur 1 ha représente environ :
1. 500 Kg de matière sèche
2. 250 Kg de matière sèche
3. 1 tonne de matière sèche

Pour optimiser son pâturage :
1. Plus le chargement est élevé, plus la mise à l’herbe doit être tardive
2. Plus le système est extensif, plus la mise à l’herbe doit être tardive
3. Plus le chargement est faible, plus la mise à l’herbe doit être tardive
4. Plus le chargement est faible, plus la mise à l’herbe doit être précoce.

 

6- Préconisations pour la mise à l’herbe

Je peux envisager une mise à l’herbe à 250 ° si :
1. J’ai un chargement faible (>50 ares/ UGB)
2. J’ai un chargement élevé (< de 40 ares/UGB)
3. Je n’ai pas la possibilité de faire des fauches précoces
4. J’ai un sol à faible potentiel
5. J’ai un sol à fort potentiel

 

7- Base 500 ° : déprimage et étêtage

Le déprimage :
1. Est l’exploitation d’une prairie de fauche avant le stade épi 10 cm
2. Est l’exploitation d’une prairie de fauche au-delà du stade épi 10 cm
3. Est un passage rapide sur les près de fauche : maxi 10 jours
4. Supprime tous les épis et provoque l’émergence de nouvelles talles végétatives
5. Améliore la qualité de la coupe à venir

L’étêtage :
1. Occasionne des pertes de rendement de 30 à 50 %
2. Est l’exploitation d’une prairie de fauche avant le stade épi 10 cm
3. Est l’exploitation d’une prairie de fauche au-delà du stade épi 10 cm
4. Augmente la valeur nutritionnelle de la coupe à venir

Les dates sont un bon indicateur de pilotage de ses prairies
 VRAI
 FAUX

 

8- Base 800 ° récolte précoce

Les fourrages récoltés à 700/800 ° :
1. Sont riches en fibres et en azote
2. Sont riches en azote et contiennent peu de fibres
3. Peuvent être donnés à volonté
4. Doivent être complétés avec un apport en fibres

Les bouses sont le meilleur indicateur de la bonne assimilation d’un aliment.
 VRAI
 FAUX

 

9- Base 1200 ° récolte tardive

A 1200 ° c’est la bonne période pour le foin, la plante est au stade :
1. Grainage
2. Epiaison
3. Floraison

A 1400° on aura un aliment de très faible valeur nutritionnelle.
 VRAI
 FAUX

10- Conclusion

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.