Mieux valoriser ses prairies permanentes en élevage allaitant

33.25 HT

Dans cette série de vidéos, vous comprendrez comment arbitrer entre le pâturage et les stock hivernaux en fonction de votre système de production et de vos objectifs personnels.


9 vidéos – 2h00

Sommaire

Module 1 : quels fourrages pour quels animaux ?

1 – Définir la qualité d’un fourrage et la valeur des stocks

2 – Liens entre système fourrager et période de vêlage

3 – Conclusion module N°1

Module 2 : Quelle cohérence entre les stocks et la pâture ?

4 – Équilibre entre stocks hivernaux et pâtures

5 – Quels Systèmes fourragers pour l’élevage et l’engraissement ?

6 – Déterminer les surfaces en récolte

7 – Déterminer les surfaces en pâturage

8 – Différentes façons de gérer le pâturage

9 – Constituer ses lots à la pâture

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Éleveurs allaitant de la zone d’altitude 200-500 mètres
  2. Porteurs de projet d’installation en agriculture
  3. Élèves de l’enseignement agricole
  4. Conseillers élevage

Pré-requis

Objectifs

  • Savoir calculer ses stocks « en herbe »
  • Savoir adapter son système fourrager selon la date de vêlage
  • Savoir arbitrer entre le pâturage et la constitution des stock hivernaux
  • Connaître les différentes façons de gérer le pâturage

L'auteur

Dix ans d’expérience sur la valorisation de l’herbe

Eric BRACONNIER

Avec son BTS Productions Animales en poche, Éric BRACONNIER, s’oriente vers un Certificat de Spécialisation Informatique. Lors de son stage, il met en place un logiciel de gestion des inséminations. Tout au long de sa carrière, il n’aura de cesse de créer des outils informatiques pertinents au service du conseil en élevage. Ses études terminées, il fait ses débuts dans le développement agricole au service des habitants d’une oasis égyptienne.

Dans les années 90, les débuts du conseil en Chambre d’Agriculture.

C’est au cœur du bassin d’élevage charolais qu’il se lance et apprendra son métier de conseiller agricole, car « un métier ça s’apprend sur le terrain ». Ils sont alors une jeune équipe de conseillers motivés, qui organisent « des soirées rations » pour s’entraîner et proposer le meilleur conseil aux éleveurs.

Tous à l’herbe

Fin des années 2000, Éric BRACONNIER s’investi sur la problématique de la gestion de l’herbe. Faisant le constat d’une méconnaissance du fonctionnement des prairies permanentes, tant par les éleveurs que par les techniciens ou les chercheurs, il s’attache, en complément de l’approche agronomique, à développer une approche basée sur les pratiques des éleveurs.

C’est l’époque des premières revues mensuelles sur l’herbe en Saône et Loire, des débuts du pilotage sur le pâturage tournant et des premières journées techniques.

Difficile de faire venir les éleveurs à cette époque, mais il ne se décourage pas, et grâce à une poignée d’éleveurs aussi motivés que lui, il met en place un petit groupe de réflexion et les premières formations. C’est aussi l’époque pour éleveurs et conseillers de l’apprentissage des plantes qui poussent sur les herbages du Charolais et du Clunysois et plus largement sur les prairies permanentes du Centre France.

La gestion de l’herbe c’est de l’alimentation

Si en hiver les éleveurs sont bien conscients de la nécessité de gérer l’alimentation de leurs animaux, durant la période de pâturage la ressource est souvent mal valorisée par manque de connaissances.

Comprendre comment fonctionne la flore d’une prairie permanente, ce qu’est un calendrier fourrager, comment déterminer surfaces de récoltes et surfaces de pâturages, seront les compétences apportées aux éleveurs grâce à des formations et à une expertise alliant connaissances scientifiques et travail de terrain.

Le terrain, c’est d’abord chaque lundi matin pendant toute la saison, une tournée sur les parcelles des exploitations pilotes pour réaliser des mesures d’herbes et évaluer la pousse en fonction des sommes de températures.

Un travail de réseaux

Dans le cadre du SIDAM (Service Interdépartemental pour l’Animation du Massif Central), il intègre un réseau d’étude sur la pousse de l’herbe. Ce projet en réseau lui permet de lancer Herb’Hebdo, une News Letter aujourd’hui largement diffusée en Bourgogne.

Au sein du RMT « Prairies demain » se développent les échanges, les projets de recherches et les outils techniques.

Toujours à la recherche du meilleur outil

Parallèlement, il a toujours développé des outils informatiques permettant d’améliorer le conseil aux éleveurs et de faire gagner du temps aux conseillers. Calage du système fourrager, des rations, gestion des animaux au pâturage … mais aussi outils d’analyse technico-économiques.

Retrouvez toutes les formations vidéo d'Eric BRACONNIER

Comprendre le fonctionnement des prairies permanentes
Maîtriser le calendrier fourrager en élevage allaitant
Mieux valoriser ses prairies permanentes en élevage allaitant

Testez vos connaissances

Module 1 : Quels fourrages pour quels animaux ?

1. Définir la qualité d’un fourrage et la valeur des stocks

La qualité d’un fourrage dépend de :

1. Sa valeur nutritionnelle
2. Sa digestibilité
3. Sa qualité sanitaire
4. Son appétence
5. Sa valorisation

 

La densité énergétique (DE) d’un fourrage est :

1. Sa valeur nutritionnelle / Densité
2. Sa densité (UF) / l’encombrement (UEB)
3. Sa teneur en azote (PDI) / l’encombrement (UEB)

La densité azotée (DN) d’un fourrage est sa teneur en azote / son encombrement.
 VRAI
 FAUX

DE et DN décroissent au fur et à mesure de l’évolution des sommes de températures.
 VRAI
 FAUX

La place du fourrage dans le rumen décroit au fur et à mesure de l’évolution des sommes des températures.
 VRAI
 FAUX

Un bon fourrage est celui, qui donné à volonté couvre les besoins de toutes les catégories d’animaux.
 VRAI
 FAUX

Les besoins des animaux diffèrent selon :

1. Les catégories
2. La météo
3. Les périodes de vêlages
4. Les périodes de l’année

Un apport supérieur aux besoins d’un animal n’a pas d’autres conséquences qu’économiques.
 VRAI
 FAUX

Des apports insuffisants par rapport aux besoins d’une génisse ou d’une vache est souvent la cause de décalages d’IVV.
 VRAI
 FAUX

2. Liens entre systèmes fourrager et période de vêlage

Une période de vêlages maîtrisée c’est :

1. 50 % des vêlages sur 6 mois
2. 85 % des vêlages sur 100 jours
3. 50 % des vêlages sur 100 jours

Pour des vêlages de début d’hiver (novembre/décembre), les D.E. nécessaires sont :

1. 0.52
2. 0.64
3. 0.35
4. 0.75

Pour bien maîtriser un système vêlages début d’hiver, il est important de :

1. Rentrer des animaux en bon état
2. Complémenter en hiver avec un ensilage de maïs
3. Préparer les animaux à retrouver de la capacité d’ingestion par distribution de fourrage au près.
4. Bien gérer son herbe avec du pâturage tournant

Le système le plus rentable, qui permet de faire des kg de viande avec de l’herbe est :

1. Le système vêlages début d’hiver
2. Le système vêlages milieu d’hiver
3. Le système vêlages fin d’hiver

3. Conclusion

Module 2 : Quelle cohérence entre les stocks et le pâturage ?

4. Fonctionnement d’un système fourrager

L’autonomie fourragère consiste à :

1. Etre autonome en matière sèche et en énergie
2. Etre autonome en matière sèche
3. Etre autonome en matière sèche, énergie et protéines

La surface de base est :

1. La surface affectée aux animaux au printemps quand toutes les parcelles de récolte sont fermées.
2. La surface de pâturage plus la surface de récolte pour une autonomie fourragère
3. La surface affectée à la constitution des stocks.

5. Système fourrager

L’autonomie alimentaire totale est toujours intéressante économiquement.
 VRAI
 FAUX

Un bon système fourrager laisse 15 à 20 % de stock au printemps.
 VRAI
 FAUX

La densité énergétique (D.E.) d’un ensilage d’herbe est de :
1. 0.5
2. 0.7
3. 0.9

La densité énergétique d’un ensilage de maïs est de :
1. 0.5
2. 0.7
3. 0.9

Les besoins énergétiques d’animaux à l’engrais sont de :
1. 0.5
2. 0.7
3. 0.9

Il est opportun de faire des vêlages d’automne dans des zones à forte sécheresse estivale.
 VRAI
 FAUX

6. Influence du chargement dans le système fourrager

Un système plus chargé, n’est pas forcément plus complexe.
 VRAI
 FAUX

La surface de base d’une exploitation dépend :

1. Des périodes de vêlages
2. Du type de sols de l’exploitation
3. De la main d’œuvre présente sur l’exploitation
4. Du poids du troupeau de souche
5. Du chargement
6. De la surface de fauche

Faire un ensilage d’herbe permet de rouvrir de la surface à la pâture de bonne heure.

 VRAI
 FAUX

7. Lien entre système fourrager et pâture

La surface de base :

1. Doit être gérer en pâturage tournant en été.
2. Est la surface à piloter au printemps
3. Peut-être gérer en pâturage tournant
4. Permet de constituer les stocks
5. Varie en fonction des objectifs de croissance.

Des outils pour ajuster la gestion de l’herbe :

1. Le déprimage
2. L’achat de compléments du commerce
3. L’affouragement
4. Le chargement
5. Le retrait précoce
6. La repousse sur fauches précoces.

Le pâturage tournant consiste à découper la surface de base.

 VRAI
 FAUX

8. Gestion du pâturage

Il existe différents types de pâturages :

1. Pâturage continu
2. Pâturage tournant simplifié
3. Pâturage linéaire
4. Pâturage tournant
5. Pâturage au fil
6. Pâturage fixe
7. Pâturage dynamique

Les 2 règles pour pouvoir parler de pâturage tournant sont :

1. Maxi 15 jours par parcelle
2. Maxi 7 jours par parcelle
3. Ne pas revenir dans une parcelle avant 21 jours
4. Ne pas revenir dans une parcelle avant 30 jours
5. Minimum 6 parcelles
6. Maximum 10 parcelles

Plus il y a de parcelles dans un pâturage tournant, plus la gestion en est facilitée.
 VRAI
 FAUX

En pâturage tournant, les animaux doivent avoir fait un premier cycle avant :

1. 1200 °
2. 700 °
3. 500 °

Les animaux en pâturage tournant sont généralement plus calmes.
 VRAI
 FAUX

9. Constituer ses lots à la pâture.

L’herbomètre permet :

1. De calculer le nombre de kg de Matière Sèche à l’hectare.
2. De mesurer la hauteur d’herbe
3. De calculer le besoin de consommation d’un EVV
4. De prendre des décisions de pilotage de ses parcelles

Un Equivalent Vache Veau (EVV) ingère journellement :

1. 15 kg de MS
2. 17.5 Kg de MS
3. 22 Kg de MS

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.