Reproduction et sélection des animaux d’élevage – les bases

24.92 HT

A partir de l’anatomie des appareils reproducteur mâle et femelle, vous apprendrez les différents mécanismes de la reproduction : fécondation, gestation, mise-bas et physiologie de la mamelle. Enfin, dans un second temps, nous verrons les principales méthodes de sélection des animaux d’élevage


 11 vidéos – 1h00

Catégories : , Étiquette :

Sommaire

1 – Anatomie des appareils génitaux mâles et femelles

2 – Puberté et formation des cellules sexuelles

3 – Physiologie de la reproduction chez le mâle

4 – Physiologie de la reproduction chez la femelle

5 – La fécondation

6 – La gestation

7 – La mise-bas

8 – La physiologie de la mamelle

9 – Génétiques : les définitions

10 – Les méthodes de l’amélioration génétique

11 – Les différentes étapes de l’amélioration génétique

A qui s'adresse la formation ?

Public

  1. Élèves en « productions animales »

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n’est nécessaire

Objectifs

  • Découvrir l’anatomie des appareils reproducteurs mâles et femelles
  • Comprendre les mécanismes de la reproduction
  • Découvrir les principales méthodes de sélection des animaux d’élevage

L'auteur

Herbaliste, passionnée d’élevage et de plantes

Fille d’éleveur, Florence LARDET a su conjuguer depuis plus de vingt ans ses passions pour l’élevage, l’accompagnement des agriculteurs et les plantes.

Notamment celles qu’elle trouve dans sa région d’origine, le clunysois.
Après une formation initiale centrée sur la production animale et la santé animale, elle met ses compétences au service des éleveurs au sein d’Organismes Professionnels Agricoles tels que GDS (Groupement de Défense Sanitaire) et Chambres d’Agriculture. Pendant de nombreuses années, elle apporte appui et conseils à des éleveurs (bovins, ovins et caprins) ainsi qu’à des jeunes porteurs de projets.
Elle se spécialise rapidement en agriculture biologique et s’emploie avec passion à sensibiliser le monde agricole à des pratiques alternatives telles que la méthode OBSALIM, l’ostéopathie, l’homéopathie, la phyto-aromathérapie … Elle met alors en place, avec succès, de nombreuses formations, destinées à rendre les éleveurs plus autonomes. Durant ces années, elle totalisera près de 150 jours de formations, faisant intervenir de nombreux experts dans des domaines aussi variés que la biodynamie, la traction animale, la kinésiologie animale, la géobiologie, la gemmothérapie, les élixirs floraux, les médecines naturelles traditionnelles, acupuncture …

Pour aller plus loin, elle se forme à l’Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales

Pendant 3 ans, parallèlement à son activité de conseillère agricole, elle se forme pour obtenir en 2014 un certificat d’Herbaliste. Elle acquière des compétences rares en phyto-aromathérapie, chimie verte, botanique, physio-pathologie et préparations à base de plantes. Depuis elle ne cessera de compléter cette formation auprès des rares vétérinaires experts en phyto-aromathérapie ainsi que de producteurs de plantes, botanistes, ethnobotanistes …
En 2018, elle obtient un Certificat de Praticien en aromathérapie traditionnelle, ainsi qu’un Certificat de Maître praticienne en aromathérapie traditionnelle et un Certificat d’Aromacologue.

Toujours plus soucieuse de partager ses connaissances et sa vision de l’agriculture, elle crée en 2018 « APOTHI’CARE » son centre de formation

Elle souhaite aider toujours plus d’éleveurs, soucieux de travailler de façon plus respectueuse du vivant et partager sa passion des plantes avec toujours plus de personnes, agriculteurs ou non.
Ses programmes de formations allient théorie et pratique avec, entre autres, des séances de reconnaissances et ramassages de plantes et des fabrications de préparations. Elle a à cœur d’utiliser les plantes qui poussent dans son environnement, ces « mauvaises herbes » dont nous avons oublié les vertus.
Grâce à son expérience du milieu agricole et à la reconnaissance acquise auprès de nombreux éleveurs, elle s’emploie à appliquer ses connaissances théoriques aux besoins quotidiens des éleveurs et des animaux. Elle travaille avec un réseau d’éleveurs pour tester de nouvelles utilisations des plantes, tant en prévention sanitaire qu’en amélioration des équilibres physiologiques et émotionnels des animaux.

Retrouvez Florence LARDET en formation vidéo

Testez vos connaissances

REPRODUCTION ET SELECTION des animaux D’ELEVAGE – les bases

Florence LARDET

 

Vidéo N°1 : Anatomie des appareils génitaux mâles et femelles

 

Les spermatozoïdes sont produits :

1.     A la sortie de l’épididyme

2.     Dans les testicules

3.     Dans les ovaires

4.     Dans la prostate.

 

Les testicules produisent une hormone sexuelle, la testostérone.

       VRAI

      FAUX

 

Chez la femelle, la vessie est située au-dessus de l’utérus et du vagin.

       VRAI

       FAUX

 

En fin de parcourt le spermatozoïde s’installe dans :

1.     Le vagin

2.     Les cornes utérines

3.     Les trompes de Fallope.

 

Les ovaires produisent :

1.     De la progestérone

2.     De la testostérone

3.     Des ovules

4.     Des œstrogènes.

 

Vidéo N°2 : Puberté et formation des cellules sexuelles

 

Les signes extérieurs de la puberté sont plus marqués chez :

1.     Les femelles

2.     Les mâles

 

La gamétogénèse est :

1.     La formation des cellules sexuelles

2.     La fabrication des gamètes

3.     La double division des cellules sexuelles

 

L’ovule comprends :

1.     Un noyau

2.     Un appareil moteur

3.     Du cytoplasme

 

Les cellules femelles :

1.     Se forment tout au long de la vie de l’animal

2.     Se forment de la naissance à la puberté

3.     Se forment avant la naissance et diminuent tout au long de la vie

4.     Se forment à la puberté.

 

Le poids d’un animal, mâle ou femelle n’a aucune incidence pour la mise à la reproduction.

       VRAI

       FAUX

 

Vidéo N°3 : Physiologie de la reproduction chez le mâle

 

C’est en remontant dans l’épididyme que les spermatozoïdes :

1.     Acquièrent leur mobilité

2.     Acquièrent leur motilité

3.     Acquière leur liquide spermatique

 

Les glandes annexes sont :

1.     La prostate

2.     Les vésicules séminales

3.     La vésicule biliaire

4.     Les glandes de cowper

5.     Les glandes de Leydig

 

La testostérone est produite sous le contrôle :

1.     Des glandes de cowper

2.     De la prostate

3.     De l’hypophyse.

 

La vasectomie :

1.     Consiste à ligaturer les canaux déférents

2.     Est une méthode de castration

3.     Est une méthode de stérilisation

4.     Permet de conserver les comportements sexuels

 

 

Vidéo N°4 : Physiologie de la reproduction chez la femelle

 

Les ovaires d’une femelle contiennent plusieurs follicules de développement différents

       VRAI

      FAUX

 

Le jour 0 du cycle :

1.     C’est le début des chaleurs

2.     C’est l’ovulation

3.     C’est l’œstrus

4.     La fin de la période lutéinique

 

L’hormone qui prépare l’œstrus est :

1.     La progestérone

2.     La FSH (Follicule Stimuling Hormon)

3.     L’œstrogène

4.     La LH (Luteinizing Hormon)

 

La FSH (Follicule Stimuling Hormon) est déversée dans le sang par :

1.     L’ovaire

2.     L’hypophyse

3.     Le corps jaune

 

La sécrétion de prostaglandine par l’utérus intervient seulement en cas de fécondation.

       VRAI

      FAUX

 

Vidéo N°5 : La fécondation

 

La durée de transport des spermatozoïdes est identique chez toutes les espèces.

       VRAI

      FAUX

 

Le sperme est déposé à la sortie du col de l’utérus :

1.     Chez la jument

2.     Chez la truie

3.     Chez la vache

4.     Chez la brebis

5.     Chez la vache en IA

 

La capacitation :

1.     Est une transformation de l’ovule avant fécondation

2.     Est une transformation des membranes de spermatozoïdes pour la fécondation

3.     Est l’échec de fécondation de l’ovule.

 

Plusieurs spermatozoïdes peuvent féconder un ovule.

       VRAI

      FAUX

 

Pour optimiser le taux de réussite, une insémination chez la vache doit avoir lieu :

1.     Dix heures après les chaleurs

2.     Dans les 2 heures qui suivent les chaleurs

3.      Entre la 15ème et la 18ème heure après les chaleurs.

 

Vidéo N°6 : La gestation

 

La nidation est la fixation de l’embryon sur la paroi utérine.

       VRAI

      FAUX

L’hormone de préparation de l’utérus à la gestation :

1.     C’est la testostérone

2.     C’est la progestérone

3.     Ce sont les œstrogènes

 

C’est après la nidation que le risque d’avortement est le plus élevé.

       VRAI

      FAUX

 

Le chorion, l’allantoïde et l’amnios sont :

1.     Des enveloppes fœtales

2.     Des hormones liées à la gestation

3.     Différents types de placentas.

 

Le nombre de parois du placenta varient selon les espèces.

       VRAI

      FAUX

 

Le placenta cotylédonaire est propre à l’humain.

       VRAI

      FAUX

 

Vidéo N°7 : La mise-bas

 

C’est l’augmentation du taux de progestérone qui déclenche la mise-bas.

       VRAI

      FAUX

 

C’est la première poche des eaux qui permet la dilatation du col.

       VRAI

      FAUX

 

La délivrance est :

1.     L’expulsion de la première poche des eaux

2.     L’expulsion du nouveau-né

3.     L’expulsion du placenta

 

Le signe fœtal est :

1.     L’émission d’hormones par le fœtus

2.     L’émission d’œstrogènes chez la mère

3.     L’apparition des pattes avant et du museau lors de la mise-bas.

 

La prolactine permet la fabrication du lait.

       VRAI

      FAUX

 

 

Vidéo N°8 : La physiologie de la mamelle

 

 

Les 4 quartiers de la mamelle sont :

1.     Indépendants et équilibrés

2.     Indépendants et déséquilibrés

3.     Communiquant et équilibrés

4.     Communiquant et déséquilibrés

 

La séparation droite / gauche est plus épaisse que la séparation avant / arrière.

       VRAI

      FAUX

 

Le lait fabriqué par les cellules de fabrication du lait est stocké dans :

1.     Les canaux galactophores

2.     L’acinus

3.     La citerne du lait

 

L’hormone permettant l’éjection du lait est :

1.      L’ocytocine

2.     La progestérone

3.     La testostérone

 

Ce sont des causes potentielles de mammites :

1.     Un trop grand déséquilibre entre les quartiers

2.     Une très grosse productivité

3.     Le décrochement de la mamelle

4.     Une absence de tarissement

 

Le canal du trayon est fermé par :

1.     Les canaux galactophores

2.     L’acinus

3.     Le sphincter

 

Un intervalle entre 2 traites supérieur à 16 heures signifie une perte de production de 30 %.

       VRAI

      FAUX

 

Le tarissement des femelles productrices permet :

1.     De reconstituer les glandes mammaires

2.     De reconstituer les réserves corporelles des animaux

3.     D’assurer le bon développement de la progéniture suivante

4.      D’assurer le traitement des infections mammaires

5.     Une meilleure préparation de la phase colostrale

 

 

Vidéo N°9 : Génétique : les définitions

 

L’ensemble des caractéristiques, visibles ou invisibles mais facilement déterminables, d’un être vivant est :

1.     Le génotype

2.     Le phénotype.

 

Le phénotype d’un être vivant dépend :

1.     Exclusivement des gènes

2.     Des gènes et du milieu

3.     Exclusivement du milieu

 

La combinaison des gènes participant à la détermination d’un caractère est :

1.     Le génotype

2.     Le phénotype.

 

Les allèles sont des gènes dirigeants un même caractère mais donnant une information différente.

       VRAI

      FAUX

 

Les espèces dont les caractères phénotypiques sont commandés par 2 gènes, sont dites :

1.     A double-gènes

2.     A double-commande

3.     Duogènes

 

 

Vidéo N°10 : Amélioration génétique : les méthodes

 

Elle regroupe des individus qui peuvent se croiser entre eux et dont la descendance est viable et fertile, c’est :

1.      La race

2.      La variété

3.      L’espèce

 

La sélection massale :

1.      Ne s’applique qu’aux végétaux

2.      Se fait à partir des performances des ancêtres

3.      Est le choix des plus beaux individus pour les croiser entre eux

 

H2 traduit l’aptitude d’un caractère à se transmettre.

       VRAI

      FAUX

 

La sélection sur ascendance est aussi appelée testage.

       VRAI

      FAUX

 

Un cultivar est une race artificiellement crée par l’homme.

       VRAI

      FAUX

 

 

Vidéo N°11 : Amélioration génétiques : les différentes étapes

 

Un bon critère de sélection :

1.      Doit avoir une héritabilité élevée

2.      Doit avoir une héritabilité stable dans le temps

3.      Doit être neutre neutres vis-à-vis des caractères non définis comme objectifs

4.      Doit avoir une corrélation génétique favorable et élevé avec l’objectif

 

En production laitière, le critère quantité de lait est fortement héritable.

       VRAI

      FAUX

 

Les Taux Protéiques et Taux Butyriques ont une corrélation génétique élevée.

       VRAI

      FAUX

 

Les caractères de reproduction et de viabilité sont fortement héritables.

       VRAI

      FAUX

 

Les caractéristiques de carcasses sont fortement héritables.

       VRAI

      FAUX

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Reproduction et sélection des animaux d’élevage – les bases”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *