Agro-homéopathie : mettre en pratique sur vos cultures

Agriculteurs, arboriculteurs, maraîchers ou jardiniers trouveront dans cette formation une approche simple et pratique pour soigner les plantes avec l’homéopathie et s’engager dans une approche écologique et peu coûteuse de la santé du végétal. Synthèse du livre « Homéopathie pour les plantes », traduit en 12 langues, Cornélia MAUTE nous donne dans ces vidéos, les clés de l’utilisation d’une vingtaine de remèdes les plus utilisés en agro-homéopathie. Vous pourrez ainsi traiter des traumatismes de taille, des dommages liés à la météo, divers parasites ou maladies et même détoxifier des sols.

2 formules proposées

N°1 - Cours en vidéos :

  • 47 vidéos - 2h26
  • 6 quiz et 69 questions pour vérifier vos acquis

N°2 - Formation individuelle :

  • Durée totale = 7h00
  • Le cours en vidéos de la formule N°1 PLUS :
  • Le cours en agro-homéopathie (3h00) de M. Aziz YAACOUBI
  • Suivi technique et administratif durant toute la formation
  • Prise en charge par VIVEA à 100% (selon éligibilité)

En option :

  • Plan de préconisations agro-homéopathique par Cornelia MAUTE

Le programme

  • Module 1 : Les bases de l'homéopathie
    • Introduction11min
    • Principes et importance du sol5min
    • Mode d'emploi8min
    • Quiz du module 118 questions
  • Module 2 : Les traumatismes
    • Intro module 2 - les traumatismes3min
    • La trousse à remèdes - traumatismes1min
    • Arnica4min
    • Belladona3min
    • Calendula6min
    • Solidago3min
    • Staphysagria3min
    • Synthèse traitements des traumatismes1min
    • Quiz du module 210 questions
  • Module 3 : Les dommages liés à la météo
    • Introduction module 3 - dommages liés à la météo1min
    • La trousse à remèdes - dommages liés à la météo1min
    • Aconit5min
    • Belladona3min
    • Méthode ABC Maute5min
    • Silicea3min
    • Natrum sulfuricum3min
    • Arsenicum album3min
    • Solidago1min
    • Synthèse traitements des dommages liés à la météo3min
    • Quiz du module 312 questions
  • Module 4 : Les parasites
    • Introduction module 4 - les parasites4min
    • La trousse à remèdes - les parasites1min
    • Camphora2min
    • Cimicifuga3min
    • Helix tosta1min
    • Petroleum3min
    • Psorinum1min
    • Sulfur6min
    • Infestations aigues2min
    • Quiz du module 410 questions
  • Module 5 : Les maladies
    • Intro module 5 - les maladies5min
    • Règles particulières2min
    • Arsenicum album2min
    • Carbo vegetabilis4min
    • Natrum sulfuricum4min
    • Silicea3min
    • Sulfur3min
    • Thuya3min
    • Traitements spécifiques5min
    • Quiz du module 510 questions
  • Module 6 : Croissance et détoxification du sol
    • Introduction module 6 - croissance2min
    • Arnica1min
    • Arsenicum album1min
    • Calendula1min
    • Carbo végétabilis1min
    • Silicea2min
    • Détoxification du sol5min
    • Routines annuelles5min
    • Quiz du module 69 questions

Le programme complet

  • DEBUT DE LA FORMATION : Entrée permanente jusqu'au 1er novembre 2022
    • Livret d'accueil 15min
    • Vos attentes10min
    • Contrat de formation15min
    • Point de vigilance15min
  • Module 1 : Origine et historique de l’agro-homéopathie Par Aziz YAACOUBI
    • présentation Abdelaziz YAACOUBI3min
    • Résultats des 1ers essais 2015_Maroc12min
    • Plan de la formation2min
    • Historique et intérêts8min
    • Quiz du module 13 questions
  • Module 2 Les 6 principes
    • Les 6 principes_introduction1min
    • Les causes de la maladie9min
    • Qu'est-ce qu'une plante malade ?4min
    • Les maladies biotiques et abiotiques6min
    • La loi de similitude5min
    • Le remède unique3min
    • La dose infinitésimale-dilution hanemanienne15min
    • La dilution Korsakovienne2min
    • La totalité des symptômes-Introduction4min
    • Les 8 types de symptômes12min
    • Individualisation4min
    • L'art du diagnostic10min
    • Synthèse de la méthode de traitement agro-homéopathique14min
    • Le répertoire agro-homéopathique2min
    • Quiz du module 222 questions
  • Module 3 : 17 remèdes les plus utilisés
    • ACONIT3min
    • CARBO VEGETABILIS3min
    • THUYA2min
    • ARNICA MONTANA2min
    • ARSENICUM ALBUM2min
    • BELLADONA2min
    • CALCAREA CARBONICA2min
    • CANTHARIS2min
    • APIS MELLIFICA2min
    • DULCAMARA2min
    • CHINA1min
    • FERRUM PHOSFORICUM2min
    • NATRUM MURIATICUM2min
    • NUX VOMICA2min
    • PHOSPHORUS2min
    • SILICEA5min
    • SULFUR2min
    • Quiz du module 311 questions
  • Module 4 : Les bases de l'homéopathie par Cornélia MAUTE
    • Introduction11min
    • Principes et importance du sol5min
    • Mode d'emploi8min
    • Quiz du module 118 questions
  • Module 5 : Les traumatismes
    • Intro module 2 - les traumatismes3min
    • La trousse à remèdes - traumatismes1min
    • Arnica4min
    • Belladona3min
    • Calendula6min
    • Solidago3min
    • Staphysagria3min
    • Synthèse traitements des traumatismes1min
    • Quiz du module 210 questions
  • Module 6 : Les dommages liés à la météo
    • Introduction module 3 - dommages liés à la météo1min
    • La trousse à remèdes - dommages liés à la météo1min
    • Aconit5min
    • Belladona3min
    • Méthode ABC Maute5min
    • Silicea3min
    • Natrum sulfuricum3min
    • Arsenicum album3min
    • Solidago1min
    • Synthèse traitements des dommages liés à la météo3min
    • Quiz du module 312 questions
  • Module 7 : Les parasites
    • Introduction module 4 - les parasites4min
    • La trousse à remèdes - les parasites1min
    • Camphora2min
    • Cimicifuga3min
    • Helix tosta1min
    • Petroleum3min
    • Psorinum1min
    • Sulfur6min
    • Infestations aigues2min
    • Quiz du module 410 questions
  • Module 8 : Les maladies
    • Intro module 5 - les maladies5min
    • Règles particulières2min
    • Arsenicum album2min
    • Carbo vegetabilis4min
    • Natrum sulfuricum4min
    • Silicea3min
    • Sulfur3min
    • Thuya3min
    • Traitements spécifiques5min
    • Quiz du module 510 questions
  • Module 9 : Croissance et détoxification du sol
    • Introduction module 6 - croissance2min
    • Arnica1min
    • Arsenicum album1min
    • Calendula1min
    • Carbo végétabilis1min
    • Silicea2min
    • Détoxification du sol5min
    • Routines annuelles5min
    • Quiz du module 69 questions
  • FIN DE LA FORMATION le 1er décembre 2022
    • Le questionnaire de satisfaction15min

Les objectifs

  • Connaître le mode d'emploi de l'homéopathie sur les plantes
  • Savoir prévenir et soigner les principales maladies des plantes
  • Savoir mettre en place des routines préventives annuelles

Pré-requis

  • Connaître les bases de l'homéopathie appliquée aux humains ou aux animaux est un plus

Public cible

  • Céréaliers
  • Viticulteurs
  • Arboriculteurs
  • Maraîchers
  • Jardiniers amateurs

Extrait gratuit

Introduction module 1

Choisissez Votre formule

Cours en ligneFormation individuelle
Cours N°1
Quiz
Cours N°2 -
Suivi pédagogique -
Attestation de suivi -
Conseil individuel
 
50
S'inscrire
Il reste 9 places disponibles À souscrire au plus tard dans :

189 0
S'inscrire
Vous pouvez bénéficier du crédit d'impôt formation
pour les chefs d'entreprise pour un montant de
73 €
    • Cours en ligne

      50
      • Cours N°1
      • Quiz
      • Conseil individuel
    • Formation individuelle

      189 0
      • Cours N°1
      • Quiz
      • Cours N°2
      • Suivi pédagogique
      • Attestation de suivi
      • Conseil individuel
      Il reste 9 places disponibles À souscrire au plus tard dans :

      S'inscrire
      Vous pouvez bénéficier du crédit d'impôt formation
      pour les chefs d'entreprise pour un montant de
      73 €
Expert - Auteur de la formationAgro-homéopathie : mettre en pratique sur vos cultures

Formateur de la formation

Cornelia MAUTE

Cornélia MAUTE – l’homéopathe des plantes

Une histoire de famille On peut dire de Cornélia MAUTE qu’elle est tombée, toute petite, dans la bassine de granules ! En effet, le parcours de Cornélia MAUTE, est une histoire de famille. Sa mère, Christiane MAUTE, homéopathe, a toujours soig...

Expert - Auteur de la formationAgro-homéopathie : mettre en pratique sur vos cultures

Formateur de la formation

Abdelaziz YAACOUBI

Une référence en agro-homéopathie

Abdelaziz YAACOUBI est né en 1952 dans la palmerais de SKOURA près de OUARZAZATE. Dès le collège, son professeur lui parlait de « l’agriculture, comme avenir du Maroc », il fera donc le choix d’étudier les sciences agronomiques. Puis c’est l’**école d’...

Référente pédagogique agrilearn : Fanny d'Agrilearn

Référente pédagogique

Fanny d'Agrilearn

Son rôle est de vous accompagner tout au long de votre parcours de formation afin que vous profitiez au maximum de votre apprentissage, objectif zéro tracas pour vous.

Vous vérifiez ensemble votre éligibilité aux fonds de formations (VIVEA, OCAPIAT...) puis elle vous guide pour vous inscrire sur notre plateforme et accéder à votre espace personnel.

C'est vraiment une relation sur-mesure qui se créee pour faciliter votre apprentissage.

Elle exerce ensuite un suivi hebdomadaire de votre parcours de formation et n'hésite pas à effectuer des rappels en cas de retard de visionnage, de réalisation des quiz et/ou travaux pratiques tout en étant sympathique et à votre écoute.

Résumé de la formation


« Ce qui est bien avec le traitement des plantes, c’est que j’ai souvent réussi à faire changer la façon de penser de certains grands détracteurs de l’homéopathie ». Ce que ne dit pas ici Cornelia Maute, c’est qu’elle connaît très bien les arguments des « grands détracteurs » : ces derniers soulignent le manque d’efficacité de l’homéopathie, résumant son action à un simple effet placebo. De surcroît, ils remarquent, dans les granules dépassant la dilution 12 CH, qu’il ne reste plus rien de la substance active à la base du remède, ce qui rend ces minuscules morceaux de sucre tout juste bons à égayer votre café du matin, et encore… Face à ces griefs, Cornelia Maute avance deux principes de base de l’homéopathie : la potentialisation et le pouvoir de l’information.

Comment réaliser la potentialisation ?

Simplement « après chaque dilution, la préparation doit être agitée avec des secousses répétées pour activer et libérer l’information qui se trouve dans la teinture mère : ce processus dynamique transforme la matière de la substance originelle en une forme plus élevée ». C’est cette information, sorte de souvenir impalpable des propriétés de la substance active sélectionnée, qui persistera dans les granules dont la matière n’est alors qu’un support. Écoutons à nouveau Cornelia Maute : « Quand nous lisons un livre très triste, il se peut que nous pleurions : qui a provoqué les larmes ? Le noir des caractères imprimés, donc de la matière, ou l’information du texte ? Je souhaite que vous réfléchissiez au pouvoir et aux possibilités de l’information, parce qu’il [le pouvoir] est très important ». Voilà qui explique pourquoi six granules (de 30 CH ou de 200 K, haute dilution) dissous dans dix litres d’eau suffiront à un premier traitement dans votre potager. Sachant qu’un petit tube contient environ 80 granules, l’agro-homéopathie apparaît peu coûteuse, en plus d’être non-polluante et d’une durabilité remarquable. Vous souhaitez tenter l’expérience ? : vous êtes des pionniers en la matière ! Car l’agro-homéopathie est une discipline jeune, encore en construction. Parmi ceux qui, aux quatre coins du monde, se sont lancés dans l’aventure (lien avec le cours agrilearn d’Aziz Yaacoubi), l’homéopathe allemande Christiane Maute se distingue. En partant de son expérience personnelle dans son potager près du lac de Constance, Christiane Maute a pu constater les bons résultats, parfois spectaculaires, de l’application des traitements homéopathiques aux plantes. Et peu importe l’origine du problème traité : météo difficile, maladie, parasite. L’intérêt des jardiniers grandissant, elle compile ses connaissances dans un livre paru en Allemagne en 2011. « L’homéopathie pour les plantes » devient un ouvrage de référence, aujourd’hui traduit en douze langues et réédité pour la quinzième fois en 2021. Cette dernière édition étant enrichie avec la collaboration de sa fille Cornelia, devenue une spécialiste de cette méthode. C’est elle qui nous dévoilera les remèdes de base de l’agro-homéopathie durant le cours en vidéo qu’elle nous propose. Elle nous précisera auparavant le cadre théorique adopté, car l’homéopathie n’est pas exempte de divergences doctrinales. Ainsi, l’agro-homéopathie pratiquée par Cornelia Maute s’inscrit dans la ligne de l’homéopathie pluraliste, puisqu’elle n’est d’évidence pas compatible avec une homéopathie uniciste (un seul remède à la fois, en une seule prise) donnant une grande importance à l’état psychique du malade, état pour le moins difficile à évaluer chez une plante ! Ce qui jette aussi une pierre dans le jardin de ceux qui ne voient dans la réussite de l’homéopathie qu’un effet placebo : comment agirait-elle alors sur les plantes ?

Description des principes de base de l’homéopathie et son emploi en agriculture

La loi de similitude : le semblable guérit le semblable Samuel Hahnemann a fait de la loi de similitude le pilier de l’homéopathie (homéo venant du grec ancien signifiant « semblable » ). Rappelons sa définition : une substance qui à haute dose provoque chez une personne saine certains symptômes peut guérir, à dose infinitésimale, une personne malade présentant ces mêmes symptômes. En guise de démonstration, notre experte évoque le cas de l’oignon. En le coupant, il déclenche larmoiement, nez qui coule et éternuements, manifestations que l’on peut retrouver par exemple en cas de rhume hivernal. Le remède homéopathique Allium Cepa, dérivé de l’oignon, sera alors préconisé si ces symptômes apparaissent. Mais si votre rhume vous donne d’autres symptômes, comme des maux de tête ou un nez bouché, il faudra vous tourner vers un autre remède : c’est l’individualisation du traitement homéopathique.

L’individualisation : à chaque serrure sa clé (et une seule)

Dans le rôle de la serrure, vous avez une série de symptômes, et dans celui de la clé, le remède adéquat. Car l’homéopathie ne traite pas la maladie (c’est l’organisme qui s’y attaque naturellement et la fait disparaître) mais les symptômes individuels qui lui sont liés. L’homéopathie cherche à équilibrer les fonctions organiques pour permettre à l’organisme de lutter efficacement contre la maladie, par lui-même. L’on comprend bien alors que l’observation précise de ces symptômes est essentielle. Une fois relevés et mis en correspondance avec les remèdes dans ce que l’on appelle la matière médicale, ils permettront de déterminer le meilleur traitement. C’est la « répertorisation », terme qui a la faveur des homéopathes bien qu’introuvable dans les dictionnaires, ces derniers reconnaissant plutôt le mot répertoriage.

La répertorisation : c’est (presque) un jeu d’enfant !

Outil indispensable, le répertoire (ou matière médicale) de Cornelia Maute se présente sous la forme d’un tableau des modalités. Il se fonde d’une part sur une habile transposition de la matière médicale utilisée pour l’homme (Samuel Hahnemann, le père de l’homéopathie, n’a probablement jamais songé à utiliser sa nouvelle thérapeutique sur les plantes, ni même sur les animaux, mais les agro-homéopathes ont considéré qu’elle pouvait s’appliquer à tous les organismes vivants), et d’autre part sur les conclusions de nombreuses années de pratique. La répertorisation, étape par étape, c’est en premier lieu un diagnostic découlant d’une fine observation :

De quels symptômes souffre la plante, quelles en sont les causes ?

On entoure les réponses sur la liste à gauche du tableau. On surligne les lignes correspondant aux symptômes et causes éventuelles. On entoure toutes les croix repérées dans les lignes surlignées. On pose la règle verticalement et l’on colorie toutes les colonnes avec au moins deux croix. Faire ensuite la somme des croix par colonne, où en trouve-t-on le plus ? Cela détermine le remède à utiliser : dans l’exemple choisi, deux remèdes sont à égalité. Comparer alors les descriptions des deux remèdes concernés (sur la matière médicale) et prendre le remède qui correspond le mieux (puis les remèdes avec moins de croix en cas d’échec). Le remède sélectionné est alors administré. Quelques jours plus tard, observez la plante afin d’évaluer l’efficacité du traitement (notez que la réaction sera moins rapide sur les plantes anciennes) :

Aucune amélioration : tester alors le remède en seconde position.

Brève amélioration mais retour du problème : répéter le remède. Si cela ne donne rien, un nouvel examen de la plante s’impose pour mieux identifier les symptômes, ou découvrir une origine nouvelle à ceux-ci. Ensuite, procéder à une nouvelle répertorisation afin de trouver un remède plus approprié. Le remède agit bien : la maladie ne s’étend plus, les feuilles endommagées chutent, bientôt remplacées par des feuilles vertes synonyme de repousse saine. Mildiou ? Rouille ? Phytovirus ? Chancre bactérien ? Peu importe le nom, vous trouverez la solution ! Une bonne répertorisation est donc la garantie d’un remède efficace, même si la recherche des symptômes et leur interprétation sont parfois compliquées par l’influence de la qualité du sol et des conditions météorologiques. De fait, quand notre experte recommande Sulfur (le remède anti-parasite par excellence) associé à Arsenicum album et China pour lutter contre la mouche du chou, cela ne vous dispense pas d’accomplir le parcours de répertorisation. Car si vous êtes confronté au même problème, la mouche ne causera peut-être pas exactement les mêmes dommages sur vos cultures, et à symptômes différents, remède différent. Il faut toujours penser « individualisation » du traitement : c’est pour cela qu’on dit qu’il n’y a pas de « recette » en homéopathie.

Les signes cliniques extérieurs (comme un changement de couleur des feuilles) sont plus faciles à saisir en cas de traumatismes ou de dommages liés à la météo, ce qui facilite l’attribution d’un remède. Parfois obscure pour une maladie, la révélation des symptômes autorise le choix d’un remède sans avoir identifié formellement la maladie (et il y en a beaucoup) et son origine (bactérienne, virale ou fongique), ce qui s’avère un « avantage extraordinaire » selon Cornelia Maute.

La répertorisation permet aussi de s’y retrouver dans les domaines d’application, parfois contradictoires, d’un remède. Par exemple, Solidago (30 CH) est recommandé lors de transplantation sous une forte chaleur, mais aussi pour les dégâts causés par la combinaison d’un temps froid et humide.

Venons-en maintenant aux conseils d’utilisation de ces remèdes homéopathiques.

Mode d’emploi et conservation des granules homéopathiques Une fois le remède trouvé, il vous faudra en déterminer le dosage. Avantage de l’homéopathie, la quantité nécessaire est très faible, comme vous le constaterez dans un tableau donné par notre experte. À titre d’exemple, sachez simplement que 6 granules suffiront pour une quantité de 10 litres, soit le contenu d’un arrosoir de jardin classique. Vous procèderez alors ainsi :

Dissolvez les granules dans de l’eau, puis secouez vigoureusement votre mélange. Ne versez pas en plein soleil. Pour un arbre, arroser les racines sur une zone correspondant au diamètre de la couronne de l’arbre, ou bien sur le feuillage pour lutter contre des parasites. En dehors évidemment de l’arrosoir du jardinier du dimanche, qui convient très bien pour une petite surface, les agriculteurs peuvent utiliser différentes techniques d’aspersion :

Goutte à goutte Irrigation par le sol (sous serre par exemple) À l’aide d’un drone pour de vastes champs Une remarque : l’usage d’appareil à haute pression est exclu, notre experte soulignant qu’il ne faut pas dépasser les 4 bars de pression. Le récipient, soigneusement nettoyé s’il a contenu des produits agrochimiques, doit être rincé à grande eau après chaque utilisation de remède homéopathique.

Les remèdes homéopathiques (granules ou aussi globules plus petits conditionnés en tube-dose) se conservent très longtemps à condition d’être dans un endroit sec et à température ambiante, comme le sucre dont ils sont faits.

Toutefois, il faut les tenir éloignés des huiles essentielles, des produits ménagers (le chlore et l’ammoniac peuvent détruire l’information du remède) et des « appareils électriques » comme le téléphone, la télévision, ou autre Wi-Fi.

Méthode ABC Maute et « routines annuelles » : quand la prévention ne s’oppose pas à l’individualisation du traitement homéopathique En préambule, signalons que tout remède en haute dilution (30 CH ou 200 K) s’accordant aux conditions observées, est généralement un bon fortifiant pour une plante. Dans ce but, une seule application suffira. Cependant, certains remèdes se distinguent : ainsi Calendula est le meilleur tonique d’entre eux, il favorise grandement la croissance des racines. Christiane et Cornelia Maute l’ont donc intégré dans une association stratégique de trois remèdes que nous allons vous présenter maintenant.

La méthode ABC Maute : A comme Aconit, B comme Belladonna, C comme Calendula L’objectif de ce trio est simple : revigorer les plantes pluriannuelles au printemps, les régénérer au sortir d’un hiver parfois rigoureux. Son administration se fait dans cet ordre, à une ou deux semaines d’intervalle, toujours en évitant les gelées. Des variantes sont proposées :

En prévention, Aconit peut être donné avant l’hiver en novembre, alors que les deux autres remèdes seront délivrés dès la fin des gelées en février-mars (Belladonna puis Calendula). Les trois, l’un après l’autre à quelques jours d’intervalle, pour les cas aigus. Suite à un hiver prolongé, ils peuvent être donnés plus tard en avril-mai. Il est même possible, dans un contexte agricole, de donner les trois remèdes d’un coup dans un unique mélange afin d’éviter le compactage du sol (et réduire aussi le temps de travail de l’agriculteur).

Avec cette méthode, la plante se remet plus facilement des rigueurs hivernales et repousse plus longtemps les attaques des parasites ou autres maladies. Lorsque celles-ci arrivent, elles semblent aussi moins sévères.

Les « routines annuelles », ou comment compléter et accentuer l’action de la méthode ABC Maute Nous avons dit plus haut qu’il n’y avait pas de recette en agro-homéopathie. Pourtant, des instructions précises déterminent les « routines annuelles » proposées par Cornelia Maute. Toutefois, l’individualisation du traitement n’est jamais oubliée, celui-ci dépendant du type d’arbre, de la météo, ou bien de la date d’apparition passée des maladies et parasites redoutés. L’objectif est toujours le même : renforcer la plante et la rendre plus résistante aux agressions extérieures. Dans le détail, voici les « routines annuelles » formulées par notre experte ; elles débutent régulièrement par la méthode ABC Maute :

Méthode ABC Maute : vers février-mars, par un temps sec et sans gelée (intervalles modulables) Après la taille éventuelle : Staphysagria 200 K Fortification générale : Silicea 200 K Selon le type d’arbre : Pour les arbres fruitiers, arbres à baies ou encore plantes de la famille des roses, deux ou trois semaines (avril-mai) avant l’invasion des pucerons : Cimicifuga 30 CH Pour les arbres ou arbustes parasités, deux ou trois semaines avant leur arrivée : Sulfur 200 K Pour les arbres ou arbustes précédemment atteints par des maladies fongiques : Thuya 200 K si la maladie est apparue après un printemps humide et froid (une ou deux fois en fonction de la vitalité de la plante, trois semaines avant la date d’apparition de l’année précédente) Natrum sulfuricum 30 CH si la maladie est apparue après une période de chaleur humide (un à trois fois, deux ou trois semaines avant la date de la maladie de l’année précédente) Pour les arbres anciens et les vieilles plantes, on intercale Carbo vegetabilis 30 CH comme suit :

Méthode ABC Maute

Après la taille : Staphysagria 200 K Fortifiant senior : Carbo vegetabilis 30 CH (application tôt au printemps) Fortifiant général : Silicea 200 K (dernière des trois applications possible en juillet) L’agro-homéopathie comme élément d’un système de production agricole préservant l’environnement (vous avez dit agroécologie ?) L’homéopathie ne tue pas les parasites ou les agents pathogènes, elle ne détruit pas non plus les adventices. Elle vise simplement à rendre les plantes plus aptes à se défendre par elles-mêmes. L’agro-homéopathie trouve son accomplissement dans un écosystème équilibré où s’épanouit une riche biodiversité profitant de la générosité d’un sol fécond. Or, sans parler des conséquences funestes du réchauffement climatique, il est certain que l’agriculture intensive favorise l’apparition des maladies et leur progression rapide, alors même que la simplification du paysage qu’elle propose nuit à la biodiversité. Son compactage par de lourds engins empêche le sol de respirer et de nourrir les micro-organismes qui le composent. Sa fertilité défaillante est alors soutenue par des engrais chimiques mais vents et pluies d’une intensité rare lui arrachent sa couche arable par trop découverte. Attardons-nous sur les caractéristiques de ce sol formidable où la plante puise force et santé.

Le sol, « notre ressource la plus précieuse » : comment le préserver des agressions qui le menacent ? Le sol n’est pas renouvelable Le terreau prend 100 ans à se générer Le sol est le plus important réservoir de carbone Le sol doit être vivant pour stocker le carbone à l’origine de sa fertilité Notre experte souligne l’importance du sol car il détermine pour une bonne part l’efficacité de l’agro-homéopathie. Elle énumère ensuite les actions à mener pour le protéger et l’enrichir de manière naturelle (dans une gestion durable, grande thématique de l’agroécologie) :

Labour raisonné doux Paillage, couverture Rotation des cultures Minimiser le compactage Apport d’engrais organique Fertilisation éco-durable Plantation pour éviter l’érosion par le vent Des plantes résistantes au gel formeront une couverture végétale hivernale (ou engrais vert) qui protègera le sol tout en privant d’espaces les futures « mauvaises herbes ». Elle diminuera aussi les risques d’érosion du sol et apportera une fois coupée un apport en nutriments très utile. L’engrais vert est un peu le tout-en-un du traitement du sol ! Qui plus est, ses racines assouplissent un terrain qui en a souvent bien besoin. Par ses nombreux avantages la culture des engrais verts a fait son apparition dans les monocultures où l’on trouve aussi parfois des bandes fleuries bénéfiques à la biodiversité (soit dit en passant, il semblerait que les organismes auxiliaires, comme les abeilles, apprécient les plantes traitées par l’homéopathie).

Les agriculteurs travaillant en biodynamie sont fortement impliqués dans la conservation des sols. Certains, comme Thomas Pfisterer, tentent et réussissent,au prix de grands efforts la symbiose entre un labour léger, l’enfouissement des engrais verts, et l’homéopathie. Il faut rappeler que ce sont des adeptes de la biodynamie qui utilisèrent les premiers les dilutions en agriculture. Lily Kolisko, co-auteur de « L’agriculture du futur » paru en 1939, s’intéressant même aux « entités infinitésimales ».

L’agro-homéopathie au secours des agriculteurs : les remèdes de détoxification du sol Quelques remèdes homéopathiques auraient des propriétés étonnantes : ils parviendraient à annihiler les effets pernicieux des produits chimiques utilisés en agriculture. D’abord administrés sur l’homme afin de régler des problèmes liés à l’activité des organes de filtration et d’épuration, comme le foie ou les reins, ces remèdes « détox » ont donné des résultats encourageants sur les plantes.

Avant leur application, notre experte recommande d’arroser Camphora 30 CH en deux fois, la première, quatre semaines avant le début des semis, à deux semaines d’intervalle. Comme elle le dit : « c’est comme une touche reset pour le sol ». Bien sûr, en cas d’urgence sa mise en place n’est pas possible. On se tournera alors directement vers les remèdes suivants :

Sulfur 6 DH : (attention, basse dilution) pour rejeter les toxines. Notre experte nous présente son action (en duo avec Nux vomica) après un surdosage d’herbicide sur un champ. Nux vomica 6 DH justement, et encore en basse dilution, sera aussi utile après la vaporisation de produits chimiques. Cornelia Maute nous présente le cas de fraises souillées par du glyphosate. Solidago 30 CH : drainage après surdosage d’engrais. C’est un exemple parfait de transposition d’un remède utilisé depuis longtemps chez l’homme pour des problèmes urinaires. Évidemment, ces remèdes n’autorisent pas l’emploi sans bornes de produits reconnus toxiques. Car le retour à une fertilité naturelle prendra des années pour un sol surchargé de longue date en produits agrochimiques. De surcroît, si aucune vie ne subsiste, l’homéopathie ne pourra pas agir. En effet, celle-ci a bien sûr ses limites. Si Cornelia Maute nous rapporte l’histoire d’un genêt hors d’âge sur lequel Carbo vegetabilis a produit un effet rajeunissant, le même remède n’a rien pu faire pour éviter la mort d’un très vieux noyer : « quand le temps est venu de quitter ce monde »…

D’autres ont eu plus de chance, si on peut appeler cela de la chance, comme ce bananier en Forêt-Noire victime du gel et heureusement ragaillardi par l’application de la méthode ABC Maute. Mais cette plante tropicale n’a assurément rien à faire là, et quelques années plus tard elle présente à nouveau un visage aussi abattu que ses feuilles. Car, comme le clame notre experte, « l’emplacement d’une plantation est extrêmement important », ce qui nous permet de réaffirmer l’interdépendance entre le respect des écosystèmes et le succès de l’agro-homéopathie.

Les questions fréquentes

Vous êtes agriculteur

Vous pouvez bénéficier de VIVEA pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes salariés du monde agricole

Vous pouvez bénéficier de OCAPIAT pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes porteur de projet en agriculture

Vous pouvez utiliser votre CPF pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes micro-entrepreneurs

Vous pouvez bénéficier de l'AGEFICE pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes demandeur d'emploi

Vous pouvez bénéficier d'une prise en charge par pôle emploi pour les formations qui l'indiquent.

Pour en savoir plus contactez-nous !

formation@agrilearn.fr

Quel que soit le type de formation auquel vous participez, elle reste accessible à vie ! Vous aurez ainsi tout le temps de voir et revoir les vidéos du cours

La procédure d'achat est entièrement sécurisée et peut se faire :

  1. Paiement par CB via "stripe"
  2. Paiement via votre compte paypal

Une fois l'achat réalisé : vous recevez immédiatement après votre achat un email pour finaliser votre inscription (pseudo, mot de passe et si vous le souhaitez photo, votre bio...)..

Pour les cours en ligne : une fois votre inscription finalisée, vous accédez immédiatement à votre cours en ligne

Pour les formations individuelles ou de groupe :

  • Fanny, notre super "référente pédagogique" vous contacte pour vous donner toutes les modalités pratiques puis réalise votre inscription
  • Dès la date de démarrage officielle de la formation, vous accédez à tout le contenu

Pour les coachings individuels: nous transmettons vos coordonnées à l'expert concerné qui prend contact avec vous dans la semaine suivante pour convenir du rendez-vous du coaching

Pour les livres, jeux de cartes et tous les produits physiques :

  • notre equipe s'active pour mettre au courrier votre commande le plus rapidement possible, mais... *... nous sommes en campagne ! Ce qui veut dire que le facteur ne passe qu'une fois le matin...

4 messages d'erreurs sont fréquents :

  1. "le champ email doit contenir une adresse email valide" -> vérifier que vous avez saisi une adresse email correcte.
  2. "le champ email est requis" -> vous avez oublié de saisir votre email
  3. "le champ mot de passe est requis" -> vous avez oublié de saisir votre mot de passe
  4. "mauvaise combinaison" -> le couple email / mot de passe saisi ne correspond pas à ce que nous avons en base de données. Il y a donc une erreur dans la saisie d'une des deux informations. NB : Il est fréquent d'avoir plusieurs emails. L'email indiqué n'est peut être pas celui qui a été utilisé lors de la création de votre compte.

LA SOLUTION : Demandez un nouveau mot de passe en cliquant simplement sur Mot de passe oublié (un nouveau MDP vous sera envoyé par mail - pensez à vérifier vos spams) et suivez la procédure

NON. Toutes nos formations sont accessibles 24/24 et 7/7 depuis un ordinteur, une tablette ou un téléphone relié à internet

La lecture des vidéos est un vrai casse tête et nos équipes mettent tout en oeuvre pour que tout se passe pour le mieux. Il arrive toutefois que des problèmes surviennent !

  1. Le problème le plus fréquent vient de votre débit internet qui n'est pas suffisant : nous avons paramétrés nos vidéos pour qu'elles adaptent leur qualité à votre débit et ainsi limiter les arrets intempestifs pour faire charger la vidéo. Malheuresement, si vous manquez de débit, mieux vaut patienter et revenir plus tard

  2. Pour tout autre problème, à la place de la vidéo, il y aura un message d'erreur : merci de bien noter ce message ou nous en faire un capture d'ecran et nous envoyer un email via le formulaire de contact du site.

Équipement informatique nécessaire : le Client devra disposer de l’équipement informatique minimum Mac ou PC ou tablette pour suivre aisément les contenus des vidéos sur la plateforme de formation :

  • Processeur 1.5 GHz ou équivalent minimum
  • Un navigateur Web mise à jour avec la dernière version disponible.
  • Connexion Internet 2 Mbps recommandée.

Le client aura veillé avant son processus d’achat à ce que les extraits vidéo diffusés gratuitement par Agrilearn sur sa plateforme et la bande sonore associée lui parviennent de manière fluide, sans saccade d’image ni coupure de son.

Si vous êtes inscrit à une formation comportant des visios, veillez à disposer d'une caméra et d'un micro et d'une enceinte en état de marche !

  1. Rendez-vous sur agrilearn.fr
  2. Connectez-vous avec votre identifiant et mot de passe
  3. cliquez en haut à droite sur "Mon compte"
  4. Dans votre compte, vous avez un onglet dans le menu à gauche "Factures"