Savoir parler de ses produits grâce à la dégustation

Dans cette formation vous apprendrez à ressentir les sensations lors de dégustation de produits fermiers. Grâce à 4 entraînements à reproduire chez vous et à 3 témoignages d’agriculteurs, vous valoriserez mieux vos produits fermiers auprès des consommateurs.

Le cours comprend

  • 28 vidéos - 2h44
  • 5 quiz et 42 questions pour vérifier vos acquis

Sur demande : formation intra-entreprise

  • Le cours en vidéos de la formule N°1 PLUS :
  • une journée en présentielle au sein de votre entreprise
    * Pour vos salariés, un moment de formation convivial et fédérateur
    * Pour mettre en pratique la dégustation et la maîtriser
    * Pour mieux savoir parler de vos produits et argumenter
  • Pour obtenir un devis : contactez-nous agrozellier@agrilearn.fr

Le programme

  • Module 1 - gustation, olfaction et somesthésie
    • Introduction qu'est-ce que le goût2min
    • La gustation5min
    • L'olfaction7min
    • Les sensations trigéminales6min
    • Entrainement N°1 - Les ingrédients1min
    • Entrainement N°19min
    • Quiz de fin de module9 questions
  • Module 2 - Approfondissement physiologique
    • Les mécanismes de la gustation7min
    • Les mécanismes de l'olfaction3min
    • La construction d'une image multisensorielle2min
    • La somesthésie4min
    • Entrainement N°23min
    • Quiz de fin de module10 questions
  • Module 3 - dégustation et analyse sensorielle
    • Qu'est-ce que l'analyse sensorielle4min
    • A quoi sert de déguster3min
    • Pourquoi s'entrainer5min
    • Les règles de dégustation4min
    • Méthodologie de dégustation5min
    • Entrainnement N°3 - Liste des ingrédients1min
    • Entrainement N°36min
    • Quiz de fin de module8 questions
  • Module 4 - Mettre en valeur ses produits
    • Pourquoi et comment mettre en valeur ses produits ?7min
    • Mode d'emploi pour faire déguster ses produits6min
    • Entrainement N°4 - liste des ingrédients1min
    • Entrainement N°47min
    • Quiz de fin de module6 questions
  • Module 5 : Exemples de dégustation et analyse
    • Dégustation fruits transformés16min
    • Analyse sensorielle des fruits transformés10min
    • Dégustation de vins blanc10min
    • Analyse sensorielle des vins7min
    • Dégustation fromages de vache et de chèvre14min
    • Analyse sensorielle des fromages9min
    • Quiz de fin de module9 questions

Les objectifs

  • Définir les notions de gustation, olfaction et somesthésie
  • Comprendre la physiologie du goût
  • Découvrir la méthodologie de l'analyse sensorielle
  • Savoir mettre en valeur ses produits par l'analyse sensorielle

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n'est nécessaire

Public cible

  • Agriculteurs et agricultrices en circuit-court

Extrait gratuit

Pourquoi s'entrainer

Choisissez Votre formule

Cours en ligne
Cours en vidéos
Quiz
 
50
S'inscrire
    • Cours en ligne

      50
      • Cours en vidéos
      • Quiz
Expert - Auteur de la formationSavoir parler de ses produits grâce à la dégustation

Formateur de la formation

Coralie LE RASLE

Peut-être pensez-vous que les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas ! Eh bien pour Coralie LE RASLE, c’est justement l'inverse, les goûts ça se discute, mais à condition d’en avoir les codes et le langage. Et d’ailleurs, elle en a fait son métier. Sa motivation ? Aider les producteurs à val...

Résumé de la formation


C’est une affaire de langue, dans tous les sens du terme. Celle que l’on tire, et celle que l’on parle. Sur la première, on remarque des papilles dont le rôle, maintenant bien connu, sera précisé dans ce cours en ligne. Quant à la seconde, elle nous permet de communiquer, d’exprimer nos idées et nos sentiments. Mais en matière de goût, il n’est pas toujours aisé de s’entendre sur un mot pour traduire une sensation.

L’œnologie, par exemple, utilise un langage parfois alambiqué, voire codé, comme nous le confirme Coralie Le Rasle, notre experte analyste sensorielle, qui est passée par l’université du vin de Suze-la-Rousse : « Le langage est hyper important dans la dégustation […], on se met d’accord sur des termes. […] Souvent, le monde du vin ou de la dégustation du vin, nous paraît un peu pédant, parce que c’est un vocabulaire très spécifique et que si on ne l’a pas appris, on ne comprend rien ». Ça ne l’empêche nullement d’oser un rapprochement entre les notes lactiques d’un vin blanc et un clafoutis aux abricots ! Car il faut « laisser libre cours à vos sensations, à votre imagination, à ce qui vient : en dégustation c’est ça qui est important, c’est de se faire confiance, parce que les premières sensations sont souvent les bonnes ». Ce conseil, valable pour tous, s’adresse donc aussi aux producteurs fermiers qui ne trouvent pas toujours les mots justes pour qualifier leurs produits et ainsi les promouvoir. Pour profiter pleinement d’une dégustation , il faut procéder par étapes et respecter certaines règles. Encore doit-on déjà bien reconnaître les saveurs et les arômes des aliments : dans ce but, notre experte vous livrera donc quelques exercices très simples à réaliser. Cette dégustation méthodique, complétée par la connaissance des facteurs physiologiques contribuant au goût, vous ouvrira la voie d’une riche analyse sensorielle du produit concerné, analyse précieuse dans une perspective commerciale. Mais avant cela, il nous faut donc étudier en détail les différents facteurs constituant notre goût.

Approche physiologique du goût et formation d’une image multisensorielle liée à la dégustation

Notre goût ne résulte pas uniquement de nos perceptions gustatives proprement dites. L’olfaction et les sensations trigéminales y participent grandement. D’ailleurs, pour mieux refléter cette complexité, certains préfèrent substituer le mot flaveur au mot goût. Si l’utilisation de cette traduction de l’anglais « flavour » vous chagrine, sachez tout de même que ce terme viendrait lui-même de l’ancien français « flaour », probablement importé outre-manche par les conquérants normands. Cette précision étymologique faite, revenons à notre sujet.

Gustation et saveurs : des connaissances sans cesse renouvelées

Les papilles gustatives de la langue nous permettent d’identifier les cinq saveurs primaires :

  1. Salé
  2. Sucré
  3. Amer
  4. Acide
  5. Umami

Cette dernière saveur (peu connue du grand public) a été mise en évidence par un chercheur japonais au début du XXe siècle (umami signifiant « goût délicieux » dans la langue nippone). L’umami est liée à la présence de glutamate dans les aliments. Or les bouillons d’algues et de champignons typiques de la nourriture japonaise en contiennent beaucoup. Mais il faut dire que l’on trouve aussi du glutamate dans la viande comme dans de nombreux légumes (des petits pois aux tomates), ou dans les fromages bien affinés (le parmesan en particulier). La cuisine italienne fait donc la part belle à la saveur umami !

Mais le secret de l’expression de cette saveur, qui laisse une sensation prenante et agréable de rondeur en bouche, se trouve dans le mode de préparation des aliments. Cuisson et fermentation concentrent en effet la teneur naturelle en umami. Il en est ainsi, par exemple, pour les tomates séchées, les jambons séchés puis affinés pendant plus d’un an (voire deux et plus), ou encore le soja fermenté (préparé en sauce ou en pâte). L’umami serait même la saveur dominante du lait maternel, c’est dire si on l’a (presque) tous apprécié très tôt ! Pas étonnant alors que les industriels de l’agro-alimentaire l’utilisent régulièrement sous sa forme artificielle (glutamate de sodium, additif alimentaire E621) comme simple exhausteur de goût.

Aujourd’hui, certains voudraient que le gras soit reconnu comme sixième saveur primaire. Mais d’autres questions, récemment tranchées, méritent notre attention.

Mise au point sur le rôle des papilles gustatives

Les papilles présentes sur la langue sont à la base de la gustation. Elles sont formées de bourgeons gustatifs, composés de cellules se renouvelant tous les dix jours, permettant de détecter les saveurs.

Ces papilles se répartissent comme suit :

  • Les papilles caliciformes à l’arrière de la langue
  • Les papilles foliées sur le côté
  • Les papilles fongiformes sur le devant La science a mis à mal le supposé rôle spécifique de telles ou telles papilles dans la détection d’une saveur particulière (on ne sent pas le sucré qu’avec le bout de la langue, ou l’amertume qu’au fond de la bouche). Il faut ainsi poser que :

  • Chaque personne a sa propre cartographie des saveurs.

  • Chaque personne a des seuils de perception différents des saveurs, en fonction de ses habitudes alimentaires et culturelles. Toutefois, un entraînement adapté permet d’augmenter sa sensibilité. La salive, que l’on produit à raison d’un litre à un litre et demi par jour, est nécessaire à l’activité des papilles car :

  • Elle véhicule les molécules sapides (liées à la saveur) vers les cils gustatifs des bourgeons (qui transmettront l’information au cerveau).

  • Elle permet de prédigérer les aliments.

La transduction, c’est-à-dire la transformation de ces molécules chimiques sapides en signal nerveux, s’accomplit au niveau des terminaisons nerveuses des 3 nerfs suivants :

  • Le nerf facial : qui innerve les deux premiers tiers antérieurs de la langue.
  • Le nerf trijumeau : qui s’éparpille vers la mâchoire, les dents, une partie de la langue, mais aussi les yeux, le nez, ou la peau même du visage.
  • Le nerf glossopharyngien : attaché à la partie postérieure de la langue et au larynx.

L’odorat : un sens puissant et complexe au service du goût

L’olfaction détecte les molécules chimiques aériennes appelées arômes (ou odeurs). Le nez est la porte d’entrée d’un organe olfactif composé des éléments suivants :

  • La muqueuse olfactive : garnie de récepteurs olfactifs (plus de 350) qui vont capter les molécules volatiles (en l’occurrence, celles produites par les aliments). Chacune de ces molécules odorantes est perçue par une combinaison bien distincte de récepteurs.
  • Le bulbe olfactif : qui traite l’information reçue de cette muqueuse.
  • Le nerf olfactif : qui transmet cette information au cerveau. Soulignons que, même inférieur à bien des animaux, notre odorat peut tout de même traiter mille milliards d’odeurs ! On peut l’entraîner et même pratiquer une rééducation pour le retrouver suite à un accident (vous avez dit Covid-19 ?).

L’olfaction procède en suivant deux voies :

  • La voie nasale, directe : par le nez bien sûr, on parle alors d’odeurs.
  • La voie rétro-nasale, indirecte : par le palais de la bouche. Dans ce cas, on parle d’arômes. La sensation, agréable ou non, que nous laisse une odeur dépend :

  • de la reconnaissance de ses molécules volatiles par notre cerveau.

  • d’influences culturelles, voire sémantiques. L’impression que donne une odeur est donc très personnelle, en lien avec les habitudes alimentaires souvent partagées par des compatriotes (ce sont bien des influences culturelles dont nous parlons ici) : ainsi les Français auront le même mouvement de dégoût face au requin fermenté venu d’Islande qu’un coréen devant un de nos illustres fromages (le camembert par exemple !)

Pour une expérience gustative totale : l’importance des sensations trigéminales

Ce sont des sensations (parfois liées à une certaine douleur) amenées par le nerf trijumeau. Elles sont d’origine :

  • Visuelle
  • Tactile
  • Mécanique Ce nerf qui irradie notre visage nous permet de percevoir dans la bouche des évènements particuliers comme :

  • le pétillant

  • la texture (moelleuse ou croustillante par exemple)
  • l’astringence
  • le piquant
  • la température (chaude, tiède, froide, ou carrément glacée). Comme dit le célèbre chef Guy Savoy (dans le documentaire « Le guide Michelin ou l’excellence étoilée » de R. Dinesen en 2017), « ces sensations physiques sont très importantes pour montrer les différentes facettes d’un produit ».

Le nerf trijumeau est impliqué dans la somesthésie, terme qui désigne des sensations obtenues par la stimulation des tissus du corps, comme la peau, les muqueuses, ou même les viscères. Vous pouvez exciter le nerf trijumeau à l’aide de quelques ingrédients choisis comme :

  • une eau gazeuse pour le pétillant
  • un peu de tabasco amènera chaleur et piquant dans notre bouche (par l’action de la capsaïcine) en activant les mêmes récepteurs que ceux qui détectent le chaud
  • les tanins de l’intérieur d’une peau de banane assèchent la bouche et produisent cette contraction des muqueuses appelée astringence ; les tannins du vins rouge ou du thé pourront provoquer cette même sensation
  • la température d’un aliment modifie aussi nos sensations, c’est la somesthésie. Par exemple, on ressent bien plus le sucré d’une glace presque fondue. Les sensations trigéminales concourent bien à notre perception du goût. Et la somesthésie participe à la création d’une image multisensorielle.

La construction mentale d’une image multisensorielle

Voici les éléments du cerveau contribuant à la formation d’une image multisensorielle :

  • Le thalamus joue un rôle de relais très important. À la réception d’une information olfactive ou gustative, il active deux parties du cerveau :
    • l’amygdale qui fait jaillir une émotion,
    • l’hippocampe, le gardien de nos souvenirs.
  • Puis le thalamus transmet le dossier aux différents cortex qui bâtissent une image multisensorielle. Dans tous les cas, cette image multisensorielle dépendra fortement de nos souvenirs et de nos préférences alimentaires (souvent culturelles). Nous pouvons citer le rôle :

  • de l’effet « madeleine de Proust », où une simple odeur peut faire ressurgir un souvenir agréable,

  • des habitudes alimentaires, souvent subordonnées à la volonté parentale de vaincre la néophobie alimentaire de l’enfant (et il en faut de la volonté, jusqu’à l’acharnement, pour reproposer au moins huit fois, comme cela est recommandé, l’aliment rejeté par une progéniture rétive…
  • des influences culturelles : l’on dit ainsi que les italiens apprécient particulièrement l’amertume, alors que les américains ont le bec sucré. Le goût, ça se travaille ! Pour reconnaître plus efficacement les saveurs comme les arômes, rien ne vaut un bon petit entraînement ! Coralie Le Rasle propose un entraînement – conçu spécialement pour la formation digitale – pour vous aider à reconnaître chacune des cinq saveurs.

Pour mieux identifier les arômes, notre experte recommande la consultation de la table des arômes mise au point par l’œnologue suisse Richard Pfister. Les odeurs y sont classées par famille d’arôme :

  • Fruité
  • Floral
  • Épicé
  • Animal
  • Végétal
  • Boisé
  • Minéral
  • Empyreumatique (arôme relatif aux produits fumés, grillés, torréfiés, voire brûlés)
  • Lactique Une petite astuce :

  • Quand le nez est bouché pendant la dégustation, les papilles sur la langue permettent avant tout de reconnaître les saveurs.

  • Le nez débouché, les arômes nous parviennent.

La méthodologie de l’analyse sensorielle, ou comment bien déguster

Qu’est-ce que l’analyse sensorielle ?

L’analyse sensorielle, telle qu’on peut la voir pratiquer dans l’industrie agro-alimentaire, permet d’évaluer :

  • les qualités organoleptiques d’un produit, qui sont celles que l’on perçoit avec les cinq sens (olfaction, vue, gustation, ouïe, et toucher). La dégustation est alors effectuée par un panel d’experts afin de qualifier précisément le produit, d’en faire un juste profil sensoriel.

  • les qualités hédoniques d’un produit, soit un jugement de valeur subjectif (j’aime / j’aime pas) prononcé par un panel de consommateurs. Cette double dégustation a pour objectifs de :

  • Valider la qualité du produit

  • Identifier les défauts du produit
  • Percevoir les préférences des consommateurs. Pour devenir l’un de ces dégustateurs chevronnés, il faut, nous l’avons vu, s’entraîner. On peut aussi se fixer plusieurs missions comme :

  • Utiliser un sens, l’olfaction par exemple, sans l’aide d’un autre, la vue, grâce à un entraînement spécifique.

  • Améliorer ses seuils de perception, toujours par l’entraînement. En la matière, le recours à un panel de dégustateurs (d’au moins douze membres) compensera les variations individuelles afin de mieux caractériser un produit.
  • Connaître et bien employer un vocabulaire précis, le langage commun au secteur d’activité étant parfois obscur, de prime abord.

Quelques règles à suivre pour une dégustation optimale

Pour faciliter la concentration et l’éveil des sens :

  • Un environnement neutre :

    • Des murs blancs
    • Pas de bruit
    • Pas de distraction visuelle. Se faire son avis et respecter celui des autres :
  • Dégustation individuelle sans échange avec les autres dégustateurs

  • Partage des impressions lorsque tout le monde a terminé
  • Accueil bienveillant des propositions de chacun. Procéder de manière méthodique et ordonnée en respectant les étapes suivantes :
  1. Décrire l’aspect (le visuel) : la couleur, la brillance, la transparence
  2. Identifier les arômes et leur intensité (légère ou affirmée)
  3. Reconnaître les sensations gustatives (les saveurs)
  4. Évaluer l’intensité des saveurs
  5. Quantifier la persistance gustative et aromatique : combien de temps les sensations restent en bouche après avoir ingéré l’aliment (ou recraché un vin)
  6. Apprécier l’équilibre de dégustation entre les saveurs ou les odeurs
  7. Proposer des accords (c’est-à-dire des associations entre les mets conduisant à un équilibre gustatif).
  8. Notre experte part à la rencontre de trois producteurs présentant le fruit de leur travail. Les particularités des produits et les préférences des consommateurs émergeront de leurs conversations. Puis Coralie Le Rasle appliquera à ces produits son analyse sensorielle en suivant les sept étapes que nous venons juste d’énoncer.

Savoir mettre en valeur ses produits par l’analyse sensorielle

Pourquoi et comment mettre en valeur ses produits ?

  • Pourquoi mettre en valeur ses produits ?

    • Mieux vendre
    • S’adapter à la concurrence
    • Proposer une meilleure qualité
    • Faire évoluer les produits.
  • Comment mettre en valeur ses produits ?

    • Qu’est-ce qui vous motive dans votre métier ? Quelles valeurs voulez-vous partager ?
    • Déguster, en prenant en compte les conditions qui peuvent altérer notre goût (et celui du produit)
    • Écouter vos clients, et accepter de faire quelques changements si besoin
    • Décrire votre produit en donnant libre cours à votre passion !
    • Guider vos clients et les questionner afin de connaitre leurs préférences
    • Faire déguster vos produits : il s’agit de mettre en place avec soin des ateliers dégustation. Et qui sait, la néophobie alimentaire résiduelle d’un client sera peut-être vaincue à cette occasion !

Quelques conseils pour faire déguster ses produits

  • Offrir une dégustation ludique et didactique : trouver l’équilibre entre convivialité et sérieux de l’information
  • Respecter les règles d’hygiène
  • Créer sa fiche de dégustation
  • Solliciter un panel de dégustateurs : on recherche une diversité des opinions pour obtenir un avis fidèle à la réalité. Enfin, pour clôturer ce cours en ligne, Coralie Le Rasle vous présente un exemple de fiche de dégustation simple et efficace où les rubriques qui suivent sont à cocher :

  • Appréciation visuelle (couleur) et tactile (texture)

  • Appréciation olfactive (intensité de l’odeur, arômes présents)
  • Appréciation gustative (fondant, intensité cacaotée, saveurs, et persistance).

Les questions fréquentes

Vous êtes agriculteur

Vous pouvez bénéficier de VIVEA pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes salariés du monde agricole

Vous pouvez bénéficier de OCAPIAT pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes porteur de projet en agriculture

Vous pouvez utiliser votre CPF pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes micro-entrepreneurs

Vous pouvez bénéficier de l'AGEFICE pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes demandeur d'emploi

Vous pouvez bénéficier d'une prise en charge par pôle emploi pour les formations qui l'indiquent.

Pour en savoir plus contactez-nous !

formation@agrilearn.fr

Quel que soit le type de formation auquel vous participez, elle reste accessible à vie ! Vous aurez ainsi tout le temps de voir et revoir les vidéos du cours

La procédure d'achat est entièrement sécurisée et peut se faire :

  1. Paiement par CB via "stripe"
  2. Paiement via votre compte paypal

Une fois l'achat réalisé : vous recevez immédiatement après votre achat un email pour finaliser votre inscription (pseudo, mot de passe et si vous le souhaitez photo, votre bio...)..

Pour les cours en ligne : une fois votre inscription finalisée, vous accédez immédiatement à votre cours en ligne

Pour les formations individuelles ou de groupe :

  • Fanny, notre super "référente pédagogique" vous contacte pour vous donner toutes les modalités pratiques puis réalise votre inscription
  • Dès la date de démarrage officielle de la formation, vous accédez à tout le contenu

Pour les coachings individuels: nous transmettons vos coordonnées à l'expert concerné qui prend contact avec vous dans la semaine suivante pour convenir du rendez-vous du coaching

Pour les livres, jeux de cartes et tous les produits physiques :

  • notre equipe s'active pour mettre au courrier votre commande le plus rapidement possible, mais... *... nous sommes en campagne ! Ce qui veut dire que le facteur ne passe qu'une fois le matin...

4 messages d'erreurs sont fréquents :

  1. "le champ email doit contenir une adresse email valide" -> vérifier que vous avez saisi une adresse email correcte.
  2. "le champ email est requis" -> vous avez oublié de saisir votre email
  3. "le champ mot de passe est requis" -> vous avez oublié de saisir votre mot de passe
  4. "mauvaise combinaison" -> le couple email / mot de passe saisi ne correspond pas à ce que nous avons en base de données. Il y a donc une erreur dans la saisie d'une des deux informations. NB : Il est fréquent d'avoir plusieurs emails. L'email indiqué n'est peut être pas celui qui a été utilisé lors de la création de votre compte.

LA SOLUTION : Demandez un nouveau mot de passe en cliquant simplement sur Mot de passe oublié (un nouveau MDP vous sera envoyé par mail - pensez à vérifier vos spams) et suivez la procédure

NON. Toutes nos formations sont accessibles 24/24 et 7/7 depuis un ordinteur, une tablette ou un téléphone relié à internet

La lecture des vidéos est un vrai casse tête et nos équipes mettent tout en oeuvre pour que tout se passe pour le mieux. Il arrive toutefois que des problèmes surviennent !

  1. Le problème le plus fréquent vient de votre débit internet qui n'est pas suffisant : nous avons paramétrés nos vidéos pour qu'elles adaptent leur qualité à votre débit et ainsi limiter les arrets intempestifs pour faire charger la vidéo. Malheuresement, si vous manquez de débit, mieux vaut patienter et revenir plus tard

  2. Pour tout autre problème, à la place de la vidéo, il y aura un message d'erreur : merci de bien noter ce message ou nous en faire un capture d'ecran et nous envoyer un email via le formulaire de contact du site.

Équipement informatique nécessaire : le Client devra disposer de l’équipement informatique minimum Mac ou PC ou tablette pour suivre aisément les contenus des vidéos sur la plateforme de formation :

  • Processeur 1.5 GHz ou équivalent minimum
  • Un navigateur Web mise à jour avec la dernière version disponible.
  • Connexion Internet 2 Mbps recommandée.

Le client aura veillé avant son processus d’achat à ce que les extraits vidéo diffusés gratuitement par Agrilearn sur sa plateforme et la bande sonore associée lui parviennent de manière fluide, sans saccade d’image ni coupure de son.

Si vous êtes inscrit à une formation comportant des visios, veillez à disposer d'une caméra et d'un micro et d'une enceinte en état de marche !

  1. Rendez-vous sur agrilearn.fr
  2. Connectez-vous avec votre identifiant et mot de passe
  3. cliquez en haut à droite sur "Mon compte"
  4. Dans votre compte, vous avez un onglet dans le menu à gauche "Factures"