Chiens de protection des troupeaux : comprendre et éduquer les chiots

Vous donner les clés pour bien réussir l’intégration de chiens de protection dans votre troupeau, et avoir des chiens efficaces contre les prédateurs mais aussi faciles à gérer pour l’éleveur, c’est ce que vous propose Mathieu MAURIES. Avec une série d’exercices concrets à réaliser avec le chiot durant les deux premières années et les conseils d’un éleveur expérimenté.

2 formules proposées

N°1 - Cours en vidéos :

  • 39 vidéos - 2h41
  • 4 quiz et 49 questions pour vérifier vos acquis
  • Livre (88 pages) "Chiens de protection des troupeaux : guide du débutant"

N°2 - Formation individuelle :

  • Le cours en vidéos de la formule N°1 PLUS :
  • 1 visio de 1h00 plus un suivi téléphonique hebdomadaire durant un mois
  • Suivi technique et administratif durant toute la formation
  • Financements possibles

Choisissez Votre formule

Cours en ligneFormation individuelle
Cours en vidéos
Quiz
Guide pratique
Visio en direct -
Suivi pédagogique -
Attestation de suivi -
Jeu "52 conseils"
 
50
S'inscrire
456,54
S'inscrire
Vous pouvez bénéficier du crédit d'impôt formation
pour les chefs d'entreprise pour un montant de
62 €
    • Cours en ligne

      50
      • Cours en vidéos
      • Quiz
      • Guide pratique
      • Jeu "52 conseils"
    • Formation individuelle

      456,54
      • Cours en vidéos
      • Quiz
      • Guide pratique
      • Visio en direct
      • Suivi pédagogique
      • Attestation de suivi
      • Jeu "52 conseils"
      S'inscrire
      Vous pouvez bénéficier du crédit d'impôt formation
      pour les chefs d'entreprise pour un montant de
      62 €

Le programme

  • Module 1 : Historique du chien de protection en France
    • Introduction2min
    • Genèse du chien de protection en France5min
    • Le chien de protection, un souci permanent pour le berger3min
    • Mythes et légendes du chien de protection6min
    • Quelles solutions pour une meilleure utilisation des chiens de protection en France ?8min
    • Faut-il encore utiliser des chiens de protection ?2min
    • Quiz du module 116 questions
  • Module 2 : Protocole d'introduction des chiots
    • Protocole d'introduction de 2 chiots de protection11min
    • Les 1ers jours de l'arrivée du chiot2min
    • Règles de base de l'introduction des chiots3min
    • Exercice 1 - Manipulations corporelles3min
    • Exercice 2 - Marcher en laisse7min
    • Exercice 3 - Mettre à l'attache2min
    • Exercices 4 et 5 - Voiture et découverte du monde extérieur5min
    • Exercice 6 - Découvrir l'habitation humaine1min
    • Exercice 7 - Fréquenter chats et volailles9min
    • Alimentation des chiots8min
    • Conclusion sur l'éducation des chiots2min
    • Quiz du module 218 questions
  • Module 3 : Méthode de sélection des chiens de protection
    • La méthode8min
    • Programme de sélection au Hogan des vents10min
    • Exemple de notation des chiens du Hogan des vents9min
    • Conclusion sélection3min
    • Quiz du module 311 questions
  • Module 4 : Pour aller plus loin - Conseils de Mathieu MAURIES
    • Naissance de l'élevage du hogan des vents4min
    • Différence entre chiens de conduite et de protection3min
    • Quand et comment démarrer avec des chiens de protection ?5min
    • Rôle des vieux chiens dans la meute1min
    • Quelles espèces peuvent-ils protéger ?1min
    • Gestion des chaleurs chez les mâles et les femelles3min
    • Choix de la race3min
    • Promeneurs : les bons comportements à avoir4min
    • Éviter les croisements Patou x border collie3min
    • Différents âges d'introduction des chiots dans le troupeau3min
    • Places et rôles des chiens dans la meute4min
    • Quiz du module 44 questions
  • Module 5 : Bonus - histoires vécues
    • Histoire vécue - Le lien entre le berger et ses chiens de protection1min
    • Histoire vécue - La découverte d'un nouveau territoire1min
    • Histoire vécue - Comprendre ses chiens1min
    • Histoire vécue - Quand mamie dérape4min
    • Histoire vécue - des chiens de protection sans berger5min
    • Histoire vécue - Fidélité et responsabilité des chiens de protection6min
    • Histoire vécue - L'agneau égaré dans la nuit2min

Le programme complet

  • Module 1 : Historique du chien de protection en France
    • Vos attentes15min
    • Introduction2min
    • Genèse du chien de protection en France5min
    • Le chien de protection, un souci permanent pour le berger3min
    • Mythes et légendes du chien de protection6min
    • Quelles solutions pour une meilleure utilisation des chiens de protection en France ?8min
    • Faut-il encore utiliser des chiens de protection ?2min
    • Quiz du module 116 questions
  • Module 2 : Protocole d'introduction des chiots
    • Protocole d'introduction de 2 chiots de protection11min
    • Les 1ers jours de l'arrivée du chiot2min
    • Règles de base de l'introduction des chiots3min
    • Exercice 1 - Manipulations corporelles3min
    • Exercice 2 - Marcher en laisse7min
    • Exercice 3 - Mettre à l'attache2min
    • Exercices 4 et 5 - Voiture et découverte du monde extérieur5min
    • Exercice 6 - Découvrir l'habitation humaine1min
    • Exercice 7 - Fréquenter chats et volailles9min
    • Alimentation des chiots8min
    • Conclusion sur l'éducation des chiots2min
    • Quiz du module 218 questions
  • Module 3 : Méthode de sélection des chiens de protection
    • La méthode8min
    • Programme de sélection au Hogan des vents10min
    • Exemple de notation des chiens du Hogan des vents9min
    • Conclusion sélection3min
    • Quiz du module 311 questions
  • Module 4 : Pour aller plus loin - Conseils de Mathieu MAURIES
    • Naissance de l'élevage du hogan des vents4min
    • Différence entre chiens de conduite et de protection3min
    • Quand et comment démarrer avec des chiens de protection ?5min
    • Rôle des vieux chiens dans la meute1min
    • Quelles espèces peuvent-ils protéger ?1min
    • Gestion des chaleurs chez les mâles et les femelles3min
    • Choix de la race3min
    • Promeneurs : les bons comportements à avoir4min
    • Éviter les croisements Patou x border collie3min
    • Différents âges d'introduction des chiots dans le troupeau3min
    • Places et rôles des chiens dans la meute4min
    • Quiz du module 44 questions
  • Module 5 : Bonus - histoires vécues
    • Histoire vécue - Le lien entre le berger et ses chiens de protection1min
    • Histoire vécue - La découverte d'un nouveau territoire1min
    • Histoire vécue - Comprendre ses chiens1min
    • Histoire vécue - Quand mamie dérape4min
    • Histoire vécue - des chiens de protection sans berger5min
    • Histoire vécue - Fidélité et responsabilité des chiens de protection6min
    • Histoire vécue - L'agneau égaré dans la nuit2min
    • Questionnaire de satisfaction15min

Les objectifs

  • Connaître l'histoire de l'introduction des chiens de protection en France
  • Maitriser le protocole d'introduction des chiots de protection
  • Découvrir la méthode de sélection des chiens de protection du Hogan des Vents

Pré-requis

  • Aucun pré-requis n'est nécessaire

Public cible

  • Éleveurs et bergers souhaitant introduire pour la première fois, des chiens de protection dans leur troupeau.
  • Toutes personnes intéressées par l'élevage des chiens de protection

Extrait gratuit

naissance de l'élevage du hogan des vents

Expert - Auteur de la formationChiens de protection des troupeaux : comprendre et éduquer les chiots

Formateur de la formation

Mathieu MAURIÈS

Du scientifique au berger

La vie professionnelle de Mathieu MAURIÈS commence par un parcours académique : ingénieur en agriculture et titulaire d’un doctorat de zootechnie, spécialisation nutrition des ruminants. Il se consacre d’abord à l’enseignement et à la recherche. Professeur de zootech...

Référente pédagogique agrilearn : Fanny d'Agrilearn

Référente pédagogique

Fanny d'Agrilearn

Son rôle est de vous accompagner tout au long de votre parcours de formation afin que vous profitiez au maximum de votre apprentissage, objectif zéro tracas pour vous.

Vous vérifiez ensemble votre éligibilité aux fonds de formations (VIVEA, OCAPIAT...) puis elle vous guide pour vous inscrire sur notre plateforme et accéder à votre espace personnel.

C'est vraiment une relation sur-mesure qui se créee pour faciliter votre apprentissage.

Elle exerce ensuite un suivi hebdomadaire de votre parcours de formation et n'hésite pas à effectuer des rappels en cas de retard de visionnage, de réalisation des quiz et/ou travaux pratiques tout en étant sympathique et à votre écoute.

Résumé de la formation


Dans le sillage du loup.

Les chiens de protection des troupeaux ont fait leur retour en France dans le sillage du loup. En effet, après 100 ans d‘absence, le loup, devenu espèce protégée, est revenu dans notre pays au début des années 90, d’abord dans les Alpes du Sud, puis, dans d’autres régions. Si le retour du loup est celui qui pose le plus de difficultés (et celui qui déchaîne les passions), il n’est pas le seul prédateur à avoir réintégré notre territoire à la fin du XXe siècle. 20 ans auparavant, un autre prédateur avait fait son retour dans les montagnes du Jura puis des Vosges, le lynx. Dans les Pyrénées, c’est à l’ours que les éleveurs ont affaire, même si le nombre d’individus y reste faible.

Après des millénaires passés à vivre avec le loup et surtout à le combattre, les éleveurs et bergers de France ont vécu et travaillé dans les montagnes, pendant plus d’un siècle, sans que plus aucun prédateur ne mette en danger les troupeaux (si ce n’est les chiens errants). Durant cette période notre monde a beaucoup changé. L’économie des territoires concernés s’est fortement modifiée, avec de nouvelles activités comme le tourisme. Les activités traditionnelles (élevage et pastoralisme) ont, elles, beaucoup évolué et sont devenues de plus en plus difficiles pour les hommes et les femmes qui en vivent. Les conditions économiques de l’élevage ont fortement modifié l’activité, avec notamment des troupeaux beaucoup plus importants et une main-d’œuvre moins nombreuse. Les habitudes de travail ont donc changé, mais surtout le savoir et la culture des moyens de protection, et notamment de l’usage des chiens de protection, ont disparu.

Plus largement, ces décennies ont été marquées par la disparition d’une culture « du vivre ensemble », qui a pour conséquences d’énormes problèmes d’acceptation sociale, de retour de peurs ancestrales, mais aussi de récupération politique et syndicale. Phénomènes communs aux pays et régions confrontées au retour du loup. Dans ces régions où les activités d’élevage et de pastoralisme connaissent de grandes difficultés économiques et où les éleveurs se sentent souvent abandonnés par les politiques publiques et agricoles, le loup est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Aujourd’hui c’est une véritable guerre qui oppose les radicaux de deux camps : d’une part des écologistes qui souhaiteraient réensauvager les montagnes sans y laisser de place pour les éleveurs et d’autre part des éleveurs, non moins radicaux, pour qui le loup n’a pas sa place dans notre pays.

Pourtant, dans un contexte de perte de biodiversité jamais égalée dans l’histoire de l’humanité, la présence de ces prédateurs, et notamment du loup, sur notre territoire est irréversible. L’enjeu est donc crucial, il est celui de la cohabitation entre éleveurs et prédateurs, et notamment entre ces deux grands prédateurs que sont le loup et l’homme, dont l’histoire commune est aussi ancienne que mouvementée.

Une histoire millénaire

L’histoire de la collaboration entre l’homme et le chien est très ancienne. Les données archéologiques nous disent que les premiers chiens enterrés avec des hommes (ce qui démontre l’intensité du lien déjà établi) remontent à 14 000 ans. Mais les études scientifiques les plus récentes laisseraient à penser que la divergence entre chien et loup remonterait à 135 000 ans. Beaucoup de questions demeurent autour des relations homme / loup, puis homme / chien. Domestication ou alliance ? Lequel de l’homme et du loup a pris l’initiative du partenariat ?… Il est une certitude cependant, les hommes n’avaient pas encore inventé l’agriculture qu’ils collaboraient déjà avec des chiens. C’est donc pour la chasse que le partenariat homme / chien a commencé avec un rôle de vigie et de protection. De nombreux scientifiques considèrent aujourd’hui que le partenariat homme / chien a apporté à l’homme un avantage déterminant en termes de survie. Cromagnon avait un chien et il a survécu, Néendertal n’en avait pas, il a disparu ! De là à faire un parallèle sur l’avenir du berger (et du pastoralisme) avec ou sans chien de protection, nous n’irons peut-être pas jusque-là !

Au-delà de cette première collaboration, le partenariat entre l’homme et le chien a pris différentes formes dans l’histoire : chien de garde, de chasse, de guerre, de compagnie… Parmi ces fonctions, celle de gardien des troupeaux a sans doute été l’une des premières. Dès le Néolithique, le premier travail du chien auprès du berger fut d’assurer la protection des troupeaux contre les prédateurs.

Le chien de protection fait donc partie de l’identité pastorale depuis des millénaires. Pourtant, il n’a fallu que quelques dizaines d’années pour que ce savoir-faire ancestral disparaisse dans les pays d’où les grands prédateurs avaient été éradiqués.

Qu’est-ce qu’un chien de protection ?

Le premier rôle du chien de protection est d’empêcher les prédateurs d’approcher du troupeau, et non pas de combattre les prédateurs une fois qu’ils sont dans le troupeau. Pour cela ils ont plusieurs techniques permettant d’établir un périmètre de protection autour du troupeau : marquage du territoire par les urines et les crottes et aboiement, de nuit surtout. Grâce à leur odorat très développé, ils détectent à distance l’arrivée des prédateurs et peuvent ainsi les bloquer bien avant qu’ils n’atteignent le troupeau. Le chien est donc un moyen de protection non létale pour le loup. Dans les régions du monde où ils sont bien utilisés, les cas de loups tués par des chiens sont très rares, tous comme les cas de chiens tués par des loups (ce qui n’est pas le cas en France ou de nombreux chiens sont blessés voire tués et consommés par des loups).

Mais le rôle de ces chiens ne s’arrête pas là. Leur mission de protection de chaque individu du troupeau va bien au-delà de la protection contre les prédateurs. Mathieu MAURIÈS nous en donne d’ailleurs des exemples aussi insolites qu’émouvants lorsqu’il nous raconte l’histoire de ce chien se tenant à l’écart et refusant de rentrer à la bergerie parce qu’il restait à côté d’un bouc pris dans la fourche d’un arbre, ou encore celle de cet agneau abandonné par sa mère et égaré dans la nuit, mais veillé par une chienne kangal. Sans oublier ce jour où il est parti à un rendez-vous, oubliant la barrière du parc ouverte et où ses chiens ont emmené seuls le troupeau au pâturage, comme à leur habitude, pour le ramener à midi.

Au moment de l’agnelage, les chiens sont plus vigilants et protègent les agneaux. Ils éliminent les délivrances, les fœtus et les agneaux mort-nés et participent ainsi au bon état sanitaire du troupeau. En repoussant les herbivores sauvages, ils évitent la transmission de maladies. Ces comportements complémentaires à leur premier rôle de protection, sont méconnus et négligés alors qu’ils sont un atout majeur pour les éleveurs.

Cependant, pour que ce travail indispensable des chiens de protection soit réellement efficace, certaines conditions sont nécessaires. Les bergers doivent donc se réapproprier cette technique ancestrale.

Le chien de protection peut-il être un moyen permettant la cohabitation entre éleveurs et prédateurs ?

C’est la question à laquelle cette formation tente de répondre. Mathieu MAURIÈS, chercheur, éleveur de chiens de protection et berger, y travaille depuis plus de 20 ans. Il partage avec nous son analyse des erreurs, nombreuses, commises en France depuis 30 ans. Mais surtout, il nous donne des clés pour mieux comprendre ces chiens extraordinaires et pour enfin leur permettre de prouver leur efficacité dans la protection des troupeaux, et par là dans la protection du loup.

Pourquoi l’échec du chien de protection en France ?

Le chien de protection est de loin le moyen le plus efficace de protéger les troupeaux. C’est l’avis de Mathieu MAURIÈS, et c’est aussi ce que prouvent des siècles de pastoralisme dans le monde entier. Mais l’histoire et la géographie du pastoralisme démontrent aussi que pour être efficace le travail des chiens de protection doit répondre à certaines règles. Pour bien travailler, le chien de protection a besoin de l’affection et du soutien de son berger, il est le compagnon de celui-ci et non un outil de travail. Par ailleurs, le chien de protection travaille en meute et apprend son métier au sein de la meute.

Malheureusement, en France, la réintroduction du chien de protection n’a absolument pas tenu compte de ces deux impératifs : une relation berger-chien basée sur le respect et la confiance et le rôle déterminant de la meute. Financé par les pouvoirs publics, le chien de protection a été proposé aux éleveurs comme un outil (parmi d’autres) pour défendre leurs troupeaux. L’outil a d’ailleurs été fourni avec son manuel d’utilisation : la méthode Coppinger, importée des Etats-Unis.

Pour Mathieu MAURIÈS, cette méthode simpliste va totalement à l’encontre des besoins des chiots. Elle consiste à faire naître des chiots en bergerie, pratiquement sans contact avec l’homme, et à isoler très tôt le chiot de ses congénères sous prétexte de favoriser son attachement au troupeau. Le chien, cet animal éminemment social, se voit alors privé de la satisfaction de ses besoins fondamentaux : jouer avec ses semblables, apprendre des adultes, se sentir en sécurité grâce à la présence de chiens adultes et d’un maître protecteur et affectueux. Ce chiot se construira donc sur la peur, avec pour modèle des herbivores ! Quand on sait que le chiot apprend d’abord par observation et imitation, pas étonnant que certain se retrouvent à manger du foin ! Pourtant, il devra plus tard être un chien assez courageux pour affronter le loup et suffisamment intelligent et équilibré pour réaliser son métier dans un environnement particulièrement difficile : protéger le troupeau, parfois au risque de sa vie, sans attaquer les randonneurs, ni leurs chiens !

La méthode Coppinger, érigée en vérité, faute de recherches appliquées au contexte de notre territoire, a abouti à la diffusion de clichés et de savoirs erronés qui discréditent aujourd’hui les chiens de protection et leur travail.

Rétablissons quelques vérités :

Le chiot puis le chien peuvent et doivent être manipulés par l’homme. Dès les premières semaines de sa vie, le chiot doit être manipulé par son éleveur. À défaut, il deviendra un chien craintif vis-à-vis de l’homme, difficile à manipuler, voire incontrôlable. Le chien n’a pas vocation à rester en permanence avec le troupeau. Son rôle étant d’empêcher les prédateurs d’approcher, les individus de la meute se répartissent le travail, certains chiens restent au milieu du troupeau pendant que d’autres patrouillent à la périphérie. La meute de chiens de protection a la capacité de faire évoluer sa stratégie de protection en fonction de la stratégie des prédateurs, et notamment du loup. La naissance en bergerie n’est pas une condition nécessaire ni suffisante pour faire un bon chien de protection. La formation donnée par le naisseur, les conditions de vie des chiots et les conditions d’introduction dans le troupeau sont tout aussi déterminantes. Un chien SEUL NE PEUT PAS protéger un troupeau. Ils doivent être 2 au minimum, sachant que leur nombre dépend de la taille du troupeau et de l’environnement dans lequel ils travaillent. Seul, le chien ne peut pas se reposer, son travail en pâtit, mais son bien-être et sa durée de vie aussi. Dans tous les pays qui ont une longue tradition pastorale, les chiens de protection travaillent en équipe, avec d’autres chiens et le berger, voire des ânes. Les chiens d’une même portée peuvent travailler ensemble, c’est même un atout. En effet, les liens de sang qui unissent des chiens qui ont toujours vécu ensemble renforcent leur efficacité dans l’indispensable collaboration pour protéger le troupeau. Ce sont d’ailleurs ces liens qui font la redoutable efficacité des meutes de loups. Le chien de protection doit être en contact avec les autres chiens de l’exploitation (chiens de conduite, de compagnie ou de chasse). On ne le rappellera jamais assez, le chien est un animal social qui a un besoin impératif de jeux avec ses semblables jusqu’à l’âge de 2 ans. C’est à l’occasion de ces séances de jeux que les adultes leurs apprennent des limites que ne pourront jamais leur apprendre des brebis. Par ailleurs, le chien de protection doit considérer tous les chiens de la ferme comme faisant partie de son troupeau, au sens large du terme. Le chiot doit apprendre à connaître d’autres environnements que celui de l’exploitation. Notamment des environnements plus urbains, même s’il ne sera pas amené à les fréquenter souvent. Lui apprendre à marcher en laisse dans une rue, à monter dans une voiture, font partie des expériences variées qu’il doit connaître jeune, afin d’abaisser son seuil de réactivité, gage de sécurité pour les rencontres ultérieures qu’il pourrait faire avec d’autres usagers du territoire. Le chien de protection mange naturellement les délivrances et les cadavres, c’est NORMAL, et cela ne doit surtout pas être sanctionné. Par contre, il est important de pouvoir le superviser lors des premières expériences du jeune chien. D’ailleurs ce comportement participe au maintien de l’état sanitaire du troupeau. LE CHIEN DE PROTECTION NE SE PREND PAS pour un mouton ! Si c’était le cas il partirait en courant devant le loup !

Bilan du retour des chiens de protection en France

Force est de constater, 30 ans après le retour du loup, que la prédation ne cesse d’augmenter et que la méthode d’éducation et d’introduction des chiens dans les élevages français est un échec. Elle produit des chiens difficiles à gérer, y compris par leur propre berger, et pas toujours très efficace du fait d’un manque de formation au travail de protection et d’une mauvaise utilisation de la part des bergers.

Par ailleurs, pour les bergers, la solution au problème s’avère souvent synonyme de soucis voire de galères sans fin. Plaintes des voisins parce que les chiens aboient la nuit, cohabitation difficile avec des randonneurs, vététistes, chasseurs et autres usagers du territoire, ayant souvent des comportements inappropriés. Sans compter que pour un éleveur débordé de travail, le temps nécessaire à l’éducation et à la formation de ces nouveaux partenaires est souvent sous-estimé. De plus, travailler (et vivre) avec des chiens de protection suppose de la part du berger un lâcher-prise totalement en opposition avec la façon de travailler avec des chiens de conduite. Si le chien de conduite doit répondre à des ordres précis, il est inutile et inefficace de vouloir contrôler un chien de protection au risque de le bloquer dans son travail.

Pour Mathieu MAURIÈS, le bilan de ces 3 décennies est catastrophique sur tous les plans. Les bergers souffrent de toujours supporter plus d’attaques, avec le stress que cela engendre. Les conséquences financières sont non négligeables malgré les indemnisations. Les troupeaux souffrent, au-delà des brebis tuées, les conséquences des attaques sur le long terme sont importantes (stress, avortements, stérilité). Les chiens souffrent aussi car ils travaillent dans de mauvaises conditions, souvent en sous-effectif et sans réel soutien de leur berger. Ils sont même parfois tués par les loups.

Et pendant ce temps, l’efficacité du chien de protection est remise en cause, la prédation continue et les extrémistes de tous camps campent sur leurs positions !

Quelles solutions pour se réapproprier ce savoir-faire disparu ?

Les bases d’une stratégie

Mathieu MAURIÈS pose les bases de ce qui devrait être une véritable stratégie de lutte contre la prédation par le moyen le plus efficace, le chien de protection. Il conviendrait notamment :

De former les bergers, mais aussi les jeunes en formation agricole, à l’élevage et à l’usage des chiens de protection. De financer l’acquisition par les bergers de chiens de qualité, les subventions actuelles étant largement insuffisantes, notamment pour permettre aux bergers d’avoir le nombre de chiens nécessaire à la taille de leur troupeau. D’accompagner les éleveurs lors de la mise en place de chiens de protection dans leur troupeau, pendant un an au minimum, par le naisseur ou par un technicien pastoral formé. En l’absence de chiens de protection adultes et compétents dans un élevage, ne placer que des paires de chiots. D’apporter un soutien et une protection juridique aux éleveurs qui sont trop souvent critiqués, voire assignés en justice pour des accidents dont les chiens ne sont pas responsables. De créer une filière permettant de sauvegarder des lignées saines et rustiques et ainsi de ne pas perdre les acquis d’une sélection millénaire. Le potentiel génétique existe dans plus de 30 races ; il convient donc de le mettre en valeur à travers un réseau d’éleveurs-naisseurs organisé, voire labellisé, avec des programmes de sélection adaptés. De communiquer auprès du grand public sur ce qu’est un chien de protection, son rôle et les comportements à avoir (ou à ne pas avoir) à l’approche des troupeaux.

Comment aller vers le chien de protection idéal ?

On a maintenant compris que le travail d’un chien de protection est particulièrement complexe. Pour un chien de protection efficace, six facteurs sont déterminants. Si l’un de ces éléments est défaillant, le résultat ne sera pas concluant, avec les conséquences que l’on connaît en France depuis des décennies.

Le patrimoine génétique du chien. L’attachement au troupeau et la non agressivité envers les humains sont les principales caractéristiques des chiens de protection, sélectionnées depuis des siècles partout à travers le monde. Ce patrimoine génétique doit donc faire l’objet d’une sélection rigoureuse permettant à la fois de conserver une variabilité génétique garante de la capacité d’adaptation des chiens, et de choisir sur des critères définis et quantifiables, les meilleurs individus pour la reproduction. La méthode d’élevage du naisseur. À l’opposé de la méthode Coppinger, Mathieu MAURIÈS a développé une méthode d’élevage de ses chiots basée sur la proximité au quotidien, le respect mutuel et l’affection envers ses compagnons de vie. La méthode de mise en place dans le troupeau. Acquérir des chiens de protection ce n’est pas simplement ajouter des chiens dans un élevage, c’est un véritable bouleversement des conditions de travail des éleveurs. De son expérience de 20 ans de travail avec ses chiens et plus de 200 chiots placés dans des troupeaux partout à travers le monde, Mathieu MAURIÈS à mis en place un protocole d’introduction des chiots dans les élevages permettant de garantir au mieux cette étape-clé. L’implication du berger. Elle est cruciale, les premiers mois notamment. Le berger doit passer du temps avec son chien, quotidiennement, notamment pour faire les indispensables exercices d’éducation. Cette implication du berger est d’autant plus importante, qu’en l’absence de chiens adultes, c’est lui qui sera à la fois le parent et le professeur du chiot, celui qui rassure et celui qui éduque. Le suivi du placement. L’éleveur qui débute avec des chiens de protection doit avoir une personne ressource qui pourra être consultée durant les premiers mois, voir les deux premières années. Dès qu’un problème de comportement ou de santé se pose, il est impératif d’intervenir rapidement, et donc de pouvoir consulter une personne compétente dans les meilleurs délais. Mathieu MAURIÈS assure quant à lui un suivi à vie des chiens qu’il place, et reste disponible 7 jours / 7 pour répondre aux questions des débutants. Le travail des chiens en meute familiale. Le nombre de chiens nécessaire à la protection d’un troupeau a largement été sous-estimé en France. Ce nombre dépend de plusieurs facteurs : la taille du troupeau bien sûr, mais aussi la race des animaux à protéger, la topographie du terrain (boisé, ouvert, montagne, plaine), la nature et le comportement des prédateurs, la disponibilité des proies sauvages, la constitution et le comportement de la meute elle-même (race, âge des chiens, présence de femelles non stérilisées …). Donner un nombre précis de chiens nécessaires est donc difficile. Cependant Mathieu MAURIÈS propose les chiffres indicatifs suivants : Taille du troupeau (ovins) < 100 300 500 700 1000 1200 1500 Nombre de chiens adultes 2 3 4 5 7 8 10 Au-delà du nombre, la composition de la meute est importante. Elle doit être composée à la fois de chiens âgés qui sont la mémoire de la meute et les éducateurs des jeunes, de chiens adultes expérimentés et physiquement au mieux de leurs capacités, et de jeunes chiens en apprentissage qui assureront la relève. La culture de la meute se transmet ainsi de génération en génération. Une meute c’est beaucoup plus qu’un simple groupe d’individus. C’est d’ailleurs cette notion de meute familiale qui fait l’efficacité des meutes de loups.

Mathieu MAURIÈS : 20 ans de travail et de recherches au service d’une cause

Méthode de sélection des chiens de protection

La sélection réalisée par les bergers depuis des siècles a permis d’écarter de la reproduction les chiens impropres à la protection des troupeaux ainsi que les chiens agressifs envers l’homme. Mais aujourd’hui le résultat de cette sélection millénaire, à savoir des chiens rustiques et aptes au travail de protection, est mis en péril par l’absence de programmes de sélection basés sur des critères scientifiques et opérationnels. L’augmentation de la consanguinité, notamment sur les races rares en France (comme les Kangals), réduit la variabilité génétique et les capacités de défense de l’organisme, d’où l’émergence de tares et de maladies. Par ailleurs le concept de race, figeant les populations sur des types précis va à l’encontre de cette nécessaire variabilité génétique. Cette notion de race, souvent basée sur les aspects physiques plus que sur la fonctionnalité des chiens, a produit de nombreuses aberrations, tels ces chiens de berger qui n’ont plus de berger que le nom : bergers allemand, de Beauce, belge ou picard… ils sont depuis longtemps perdus pour le pastoralisme. Seul le border collie, dont l’examen de confirmation comprend un test d’aptitudes au travail, reste un véritable chien de berger.

Dans ce contexte, Mathieu MAURIÈS a donc mis en place, au sein de son élevage du Hogan des Vents, un programme de sélection basé sur des critères physiques et opérationnels, indispensables au travail du chien de protection. Des critères physiques : l’aboiement, la qualité de la fourrure, la dentition et le gabarit. Des critères fonctionnels de rusticité et de reproduction : la prolificité et la productivité. Une chienne de protection doit être capable de se reproduire de façon naturelle (saillie et mise-bas) et d’élever seule ses petits pendant les 3 premières semaines. La vitalité des chiots et les qualités maternelles de la mère se mesurent par le nombre de chiots vivants à 12 semaines sur le nombre de chiots nés, vivants et morts. Un critère d’efficacité au travail, la note « troupeau », est par contre un critère plus subjectif qui ne peut être évalué que par le propriétaire du chien. Compte tenu de son importance, cette note se voit dotée d’un coefficient plus important que les autres notes. En fonction des différentes notes obtenues (note de synthèse), les bergers pourront faire de meilleurs mariages et éviter de faire reproduire des chiens de qualité trop moyenne.

Mais le potentiel génétique ne fait pas tout, il ne faut pas oublier que le meilleur des chiens pourra être gâché par de mauvaises pratiques de son éleveur ou de son berger. Être né dans un troupeau, avec de bonnes souches génétiques, ne sont pas des conditions suffisantes pour faire un bon chien de protection.

Protocole d’introduction des chiots

En conséquence, Mathieu MAURIÈS a mis en place un protocole d’éducation des chiots, basé sur quelques règles et conseils ainsi que sur des exercices simples, à pratiquer quotidiennement. Par ailleurs, il a fait le choix de ne placer que des paires de chiots, c’est la première des conditions indispensables pour un bon développement des chiots et la réussite de l’intégration.

Parce que même si le chien de protection est le meilleur moyen de se protéger des prédateurs, mieux vaut ne pas avoir de chiens de protection que d’avoir des chiens mal éduqués et mal préparés à leur futur métier.

Les règles de base :

Accueillir son chiot dans les meilleures conditions, le premier contact et primordial, et la sécurité du chiot doit être assurée. Comme on l’a vu, les chiots ont besoin de jouer, il est donc nécessaire de leur prévoir des objets adaptés, bouts de bois ou gros os crus (jamais d’os cuits à un chien), au risque qu’ils ne choisissent vos chaussures ! Interdire de mordre et de mordiller. Interdire de sauter, le chien doit toujours avoir quatre pattes au sol. Travailler le rappel à la voix avec un ordre précis, et toujours féliciter chaleureusement le chiot qui exécute un ordre. Apprendre à cesser d’aboyer, toujours avec un ordre précis et après avoir identifié les causes de l’aboiement. Attention, les chiens de protection aboient beaucoup à la tombée de la nuit pour signaler leur présence aux prédateurs, dans ce cas, il faut évidemment les laisser faire et, si besoin, expliquer cette nécessité à d’éventuels voisins grincheux ! Ne pas laisser seuls et sans surveillance des jeunes chiens (de moins de 2 ans) avec des agneaux. Éviter les exercices violents et soutenus avant l’âge de 2 ans au risque de les blesser. En effet la croissance des chiens de protection est lente et se termine vers 4 ou 5 ans. Les jeunes chiens en apprentissage doivent être chaleureusement encouragés lorsqu’ils font bien, mais ils ne doivent pas être grondés lorsqu’ils font des erreurs. Les erreurs sont normales lors de l’apprentissage.

Les exercices :

Tous ces exercices sont bien sûr à réaliser en douceur et sans brutalité. Il conviendra d’éviter de travailler avec le chiot si vous êtes stressé ou énervé, votre stress se transmettra au chiot, lequel ne sera alors pas en capacité d’apprendre. Les exercices présentés par Mathieu MAURIÈS consistent à apprendre au chiot à :

Accepter des manipulations corporelles Marcher en laisse Rester à l’attache Monter en voiture Découvrir le monde extérieur Découvrir une habitation humaine S’habituer aux chats et aux volailles. Ces conseils et ses exercices sont illustrés dans les vidéos où le jeune Snoopie notamment se prête docilement aux exercices. Pour plus de détails, vous les retrouverez aussi dans un guide précieux pour les débutants : Mathieu MAURIÈS, Chiens de protection des troupeaux – Comprendre et éduquer les chiots, Ed. Agrilearn, 2021.

Au-delà des nombreux enseignements que nous apporte cette série de vidéos sur l’élevage et l’éducation des chiens de troupeaux, on retiendra ces éléments essentiels, à savoir que les chiens de protection ne sont pas un outil à proposer aux éleveurs comme « solution miracle » aux problèmes de prédation. Qu’intégrés aux troupeaux dans de mauvaises conditions ils apportent plus de désagréments que de solutions. Mais qu’une collaboration efficace entre bergers, chiens de protection et chiens de conduite est bien la seule solution pouvant permettre une coexistence apaisée entre les prédateurs et les troupeaux. Cette efficacité repose sur un ensemble de bonnes pratiques, mais surtout sur la qualité de la relation entre le berger et ses chiens. Relation basée sur le respect et l’affection mutuels et non sur un principe de domination éculé. Il n’y a d’ailleurs qu’à voir Mathieu MAURIÈS évoluer avec ses nombreux chiens pour apprécier la qualité de la relation qui les unit.

Permettre au monde pastoral, aux éleveurs et aux futurs éleveurs, de se réapproprier les compétences perdues, de réapprendre à travailler avec des chiens de protection est une nécessité. C’est aussi une urgence, la présence du loup sur notre territoire s’accroît et, comme Mathieu MAURIÈS nous l’a bien expliqué, quand le loup est là, vous avez déjà quatre ans de retard !

Les questions fréquentes

Vous êtes agriculteur

Vous pouvez bénéficier de VIVEA pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes salariés du monde agricole

Vous pouvez bénéficier de OCAPIAT pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes porteur de projet en agriculture

Vous pouvez utiliser votre CPF pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes micro-entrepreneurs

Vous pouvez bénéficier de l'AGEFICE pour les formations qui l'indiquent.

Vous êtes demandeur d'emploi

Vous pouvez bénéficier d'une prise en charge par pôle emploi pour les formations qui l'indiquent.

Pour en savoir plus contactez-nous !

formation@agrilearn.fr

Quel que soit le type de formation auquel vous participez, elle reste accessible à vie ! Vous aurez ainsi tout le temps de voir et revoir les vidéos du cours

La procédure d'achat est entièrement sécurisée et peut se faire :

  1. Paiement par CB via "stripe"
  2. Paiement via votre compte paypal

Une fois l'achat réalisé : vous recevez immédiatement après votre achat un email pour finaliser votre inscription (pseudo, mot de passe et si vous le souhaitez photo, votre bio...)..

Pour les cours en ligne : une fois votre inscription finalisée, vous accédez immédiatement à votre cours en ligne

Pour les formations individuelles ou de groupe :

  • Fanny, notre super "référente pédagogique" vous contacte pour vous donner toutes les modalités pratiques puis réalise votre inscription
  • Dès la date de démarrage officielle de la formation, vous accédez à tout le contenu

Pour les coachings individuels: nous transmettons vos coordonnées à l'expert concerné qui prend contact avec vous dans la semaine suivante pour convenir du rendez-vous du coaching

Pour les livres, jeux de cartes et tous les produits physiques :

  • notre equipe s'active pour mettre au courrier votre commande le plus rapidement possible, mais... *... nous sommes en campagne ! Ce qui veut dire que le facteur ne passe qu'une fois le matin...

4 messages d'erreurs sont fréquents :

  1. "le champ email doit contenir une adresse email valide" -> vérifier que vous avez saisi une adresse email correcte.
  2. "le champ email est requis" -> vous avez oublié de saisir votre email
  3. "le champ mot de passe est requis" -> vous avez oublié de saisir votre mot de passe
  4. "mauvaise combinaison" -> le couple email / mot de passe saisi ne correspond pas à ce que nous avons en base de données. Il y a donc une erreur dans la saisie d'une des deux informations. NB : Il est fréquent d'avoir plusieurs emails. L'email indiqué n'est peut être pas celui qui a été utilisé lors de la création de votre compte.

LA SOLUTION : Demandez un nouveau mot de passe en cliquant simplement sur Mot de passe oublié (un nouveau MDP vous sera envoyé par mail - pensez à vérifier vos spams) et suivez la procédure

NON. Toutes nos formations sont accessibles 24/24 et 7/7 depuis un ordinteur, une tablette ou un téléphone relié à internet

La lecture des vidéos est un vrai casse tête et nos équipes mettent tout en oeuvre pour que tout se passe pour le mieux. Il arrive toutefois que des problèmes surviennent !

  1. Le problème le plus fréquent vient de votre débit internet qui n'est pas suffisant : nous avons paramétrés nos vidéos pour qu'elles adaptent leur qualité à votre débit et ainsi limiter les arrets intempestifs pour faire charger la vidéo. Malheuresement, si vous manquez de débit, mieux vaut patienter et revenir plus tard

  2. Pour tout autre problème, à la place de la vidéo, il y aura un message d'erreur : merci de bien noter ce message ou nous en faire un capture d'ecran et nous envoyer un email via le formulaire de contact du site.

Équipement informatique nécessaire : le Client devra disposer de l’équipement informatique minimum Mac ou PC ou tablette pour suivre aisément les contenus des vidéos sur la plateforme de formation :

  • Processeur 1.5 GHz ou équivalent minimum
  • Un navigateur Web mise à jour avec la dernière version disponible.
  • Connexion Internet 2 Mbps recommandée.

Le client aura veillé avant son processus d’achat à ce que les extraits vidéo diffusés gratuitement par Agrilearn sur sa plateforme et la bande sonore associée lui parviennent de manière fluide, sans saccade d’image ni coupure de son.

Si vous êtes inscrit à une formation comportant des visios, veillez à disposer d'une caméra et d'un micro et d'une enceinte en état de marche !

  1. Rendez-vous sur agrilearn.fr
  2. Connectez-vous avec votre identifiant et mot de passe
  3. cliquez en haut à droite sur "Mon compte"
  4. Dans votre compte, vous avez un onglet dans le menu à gauche "Factures"